Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria : scandale à la commission électorale
Muhamadu Buhari

La nomination d’une nièce du président Buhari à un poste clé de la commission électorale nigériane (Céni) – et cela à un mois du scrutin présidentiel – fait fortement polémique sur le territoire.

L’accession soudaine d’Amina Zakari à la tête du centre de compilation des résultats de la présidentielle (16 février 2019) respire en effet le conflit d’intérêts pour les opposants de Muhammadu Buhari.

C’est ainsi le cas du Parti populaire démocratique (PDP) qui estime que cette proximité familiale n’a absolument pas lieu d’être en “temps normal”… Et encore moins à quelques semaines d’une échéance politique cruciale pour les Nigérians. Logiquement, le communiqué de la formation de l’ex-président, Goodluck Jonathan, ne manque pas de mettre les points sur les i :

“Nous ne disons pas qu’elle se livrera à des pratiques abusives. Mais pour que le système soit fiable et crédible, il faut éviter toute apparence de conflit d’intérêts. En la nommant, la Céni a semé le doute, non seulement dans les rangs de l’opposition, mais dans l’esprit de tous ceux qui veulent, pour le Nigeria, un scrutin libre et démocratique comme en 2015.”

Pour information, M. Buhari tentera de se faire élire pour la seconde fois sous la bannière de l’APC.

Crédit photo : Wikimédia

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans l’affaire des « biens mal acquis » de la famille Bongo, le directeur juridique de la BNP Paribas a déclaré, face aux magistrats, qu’il jugeait limité l’implication de la première banque française dans le blanchiment d’argent qui a permis à la famille Bongo d’acheter notamment une villa à Nice...
Le chef de l’État s’est exprimé et s’engage fermement dans la lutte contre la corruption politique et le narcotrafic.  Umaro Sissoco Embalo est président de la Guinée-Bissau depuis une an et demi et entend bien gouverner selon des préceptes qui lui sont propres : « Je n’ai aucun modèle, je n’admire personne »...
L’extradition de François Compaoré, le frère cadet de l’ancien président burkinabé, vers le Burkina Faso, a été validée par le Conseil d’État français. Il est poursuivi pour « incitation à assassinat » de Norbert Zondo, un journaliste d’investigation, tué en 1998. Ce vendredi 30 juillet 2021, le Conseil d’État a...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...