Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Gisement de gaz : nouvel accord entre la Mauritanie et le Sénégal
Gisement marin gaz Mauritanie et Sénégal

Le gisement marin offshore nommé « Grand Tortue-Ahmeyin » – situé à la frontière entre la Mauritanie et le Sénégal, et dont l’exploitation est commune aux deux pays – a fait l’objet fin décembre de nouveaux accords. 

Selon Jeune Afrique, qui relaie l’information, « les deux voisins ont franchi une étape supplémentaire, vendredi 21 décembre, en s’entendant sur la fiscalité applicable aux sous-traitants de ce projet transfrontalier.

« (Mais également) sur l’accord de financement inhérent aux deux compagnies nationales (Petrosen côté sénégalais et la SMHPM côté mauritanien), la commercialisation du gaz naturel liquéfié, ou encore l’autorisation d’exploitation (du site). »

Concrètement, la construction des infrastructures dédiées devrait débuter dès le début de l’année pour obtenir un début de production aux horizons 2022. A plein régime, ce gisement pourrait produire en moyenne 2,5 millions de tonnes de gaz naturel liquéfié chaque année.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Depuis 2015, quelques 2 000 personnes sont décédées dans des attaques terroristes djihadistes qui se multiplient, au Burkina Faso. Les burkinabés n’en peuvent plus et appellent le président Roch Marc Christian Kaboré, qu’ils estiment ne pas être à la hauteur pour faire reculer ces attaques, à la démission. Au Burkina...
Au Burkina Faso, à une trentaine de kilomètres au nord-est de Ouagadougou, un convoi militaire français est empêché de circuler depuis une semaine environ, par des manifestants burkinabés. Le gouvernement « travaille » à faire repartir le convoi. Le gouvernement du Burkina Faso a indiqué ce mercredi 24 novembre 2021...
Une nouvelle attaque meurtrière a fait une vingtaine de morts, dont neuf gendarmes, dans le nord du Burkina Faso, ce dimanche 21 novembre 2021. Un massacre qui intervient une semaine après un celui de Inata où 57 personnes, dont 53 gendarmes, avaient été tués. Week-end rouge encore dans le nord...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...