Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
L’armée nigérienne neutralise 300 combattants de Boko Haram

A l’issue d’une opération de ratissage dans le bassin du lac Tchad, les autorités nigériennes annoncent avoir porté un coup sérieux à la secte Boko Haram, en neutralisant prés de 300 de ses combattants.

 Le résultat de cette opération est la conséquence de stratégie de lutte contre Boko Haram décidée par les chefs d’Etat de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT). Les militaires nigériens qui sont passés à l’acte et ont neutralisé près de 300 combattants de la secte islamiste affiliée à l’organisation de l’Etat Islamique (EI), alors même que les attaques meurtrières dans plusieurs localités du Niger et surtout du Nigeria se sont multipliées.

De l’autre côté de la frontière, l’armée nigériane et les soldats de la force mixte multinationale tentent de rependre du terrain, après plusieurs assauts meurtriers de l’organisation terroriste contre des villages et des bases militaires. Le ministère nigérien de la défense nationale a déclaré que dans le cadre de la lutte contre le groupe terroriste Boko Haram les Forces armées nigériennes (FAN) sont en train de mener une opération de ratissage le long de la rivière Komadougou et sur les îles du Lac Tchad depuis le 28 décembre 2018.

Le bilan provisoire fait état le 2 janvier des actions combinées des troupes au sol et de l’aviation. Ainsi l’opération de grande ampleur « a permis de mettre hors d’état de nuire plus de 200 terroristes suite aux frappes aériennes, et 87 autres neutralisés par les troupes au sol ». La défaite en hommes est accompagnée d’une défaite logistique : plusieurs véhicules, armes et munitions ainsi qu’une importante quantité de matériel et produits divers ont été saisis au cours de l’opération. Les autorités militaires nigériennes précisent que l’opération a infligé de lourdes pertes à l’ennemi, alors que « aucune perte, ni en vie humaine ni en matériel n’est à déplorer » dans les rangs de l’armée nigérienne.

Les actions conjointes menées avec les forces militaires des autres pays voisins réunies au sein de la Force mixte multinationale (FMN) ont permis un temps d’affaiblir Boko Haram alors que se répètent les assauts de la secte. Ces assauts se sont intensifiés ces derniers mois. Boko Haram est parvenu à détruire plusieurs bases militaires au Nigéria et investit plusieurs localités.

Ces récents épisodes ont poussé les chefs d’Etat de la CBLT sous l’impulsion du président du Nigéria, Muhammadu Buhari à faire évoluer la stratégie opérationnelle. Ainsi Muhammadu Buhari, Idriss Déby et Mahamadou Issoufou ont annoncé de nouvelles mesures. Les actions conjointes dorénavant se multiplient. Ainsi simultanément à l’opération des soldats nigériens et de la FMN dans le bassin du lac Tchad, l’armée du Nigeria a mobilisé de lourds moyens terrestres et aériens pour reprendre les territoires pris par Boko Haram.

Source : La Tribune Afrique

 

 

 

 

Un texte sera présenté sous peu au Parlement afin d’abolir la peine de mort. La peine capitale était à ce jour, maintenue dans l’arsenal juridique malgré un moratoire de fait sur les exécutions, a déclaré Umaru Napoleon Koroma le vice-ministre de la justice. En Sierra Leone, la Constitution de 1991...
Alors que le continent Africain se comporte mieux que l’Europe, l’Asie, et l’Amérique avec moins de 5 millions de cas déclarés, les campagnes de vaccination sont délaissées par les populations qui montre un certain scepticisme. L’Afrique s’apprête à rendre ses doses de vaccins alors même que la pénurie en la matière...
Alassane Ouattara a fait savoir au FMI le 10 mai, qu’une plus grande représentativité des pays africains au sein de l’institution est souhaitable. Lundi 10 mai, le chef de l’État ivoirien a appelé de ses vœux que les pays africains soient mieux représentés au FMI, rappelant que « quarante-six pays d’Afrique...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...