Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Le Ghana bientôt libéré de la tutelle du FMI
Ghana COvid-19

Alors que le programme d’aide de 918 milliards de dollars signé en 2015 avec le FMI touche à sa fin, le gouvernement ghanéen entend garder le cap en 2019 en maintenant une rigueur budgétaire et une croissance dynamique.

En ce sens, “les investissements dans les infrastructures s’intensifieront sans compromettre la viabilité de la dette. Et les crédits pour les petites et moyennes entreprises s’amélioreront dans le même temps”, assure Accra. Avant de préciser que “malgré les efforts déployés, il reste encore beaucoup à faire pour rendre la croissance plus forte, durable et particulièrement inclusive”.

Et de conclure : “Nous ne prétendons pas avoir résolu tous les problèmes au Ghana, mais notre travail au cours des deux premières années est une bonne base. Ce qui devrait nous permettre de faire plus dans les années à venir pour améliorer la vie des Ghanéens.”

Pour information, le pays est en passe d’atteindre un déficit budgétaire ne dépassant pas 3,7 % du PIB pour l’année, objectif affirmé de l’Etat. Le gouvernement prévoit en outre une croissance de 5,6 % en 2018 et de 7,6 % en 2019.

Source : Le Point 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans l’affaire des « biens mal acquis » de la famille Bongo, le directeur juridique de la BNP Paribas a déclaré, face aux magistrats, qu’il jugeait limité l’implication de la première banque française dans le blanchiment d’argent qui a permis à la famille Bongo d’acheter notamment une villa à Nice...
Le chef de l’État s’est exprimé et s’engage fermement dans la lutte contre la corruption politique et le narcotrafic.  Umaro Sissoco Embalo est président de la Guinée-Bissau depuis une an et demi et entend bien gouverner selon des préceptes qui lui sont propres : « Je n’ai aucun modèle, je n’admire personne »...
L’extradition de François Compaoré, le frère cadet de l’ancien président burkinabé, vers le Burkina Faso, a été validée par le Conseil d’État français. Il est poursuivi pour « incitation à assassinat » de Norbert Zondo, un journaliste d’investigation, tué en 1998. Ce vendredi 30 juillet 2021, le Conseil d’État a...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...