Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Le Cap-Vert revoit sa politique des visas pour booster le tourisme
Cap-Vert Tourisme

A compter du 1er janvier 2019, les touristes européens pourront poser pied au Cap-Vert sans demande préalable de visa. Et cela, pour des séjours de 30 jours maximum.

Par ailleurs, le gouvernement cap-verdien a annoncé la mise en place d’une taxe de sécurité aéroportuaire destinée à combler le financement des dispositifs de sécurité frontaliers.

Ainsi, “tous les passagers qui débarquent dans les aéroports et aérodromes du pays sur les vols nationaux ou internationaux devront s’acquitter (à la même date) d’une redevance de sécurité aéroportuaire (TSA)”.

Concrètement, “la TSA s’élève à 150 escudos (1.5 dollar américain) pour les vols domestiques et 3400 escudos (35 dollars américains) pour les vols internationaux”.

Des exemptions existent

Il est toutefois important de noter que les citoyens détendeurs d’un passeport cap-verdien ne paieront pas cette taxe sur les vols internationaux, tout comme les enfants de moins de deux ans.

Enfin, le dispositif exclut de facto les détenteurs de passeports diplomatiques.

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans l’affaire des « biens mal acquis » de la famille Bongo, le directeur juridique de la BNP Paribas a déclaré, face aux magistrats, qu’il jugeait limité l’implication de la première banque française dans le blanchiment d’argent qui a permis à la famille Bongo d’acheter notamment une villa à Nice...
Le chef de l’État s’est exprimé et s’engage fermement dans la lutte contre la corruption politique et le narcotrafic.  Umaro Sissoco Embalo est président de la Guinée-Bissau depuis une an et demi et entend bien gouverner selon des préceptes qui lui sont propres : « Je n’ai aucun modèle, je n’admire personne »...
L’extradition de François Compaoré, le frère cadet de l’ancien président burkinabé, vers le Burkina Faso, a été validée par le Conseil d’État français. Il est poursuivi pour « incitation à assassinat » de Norbert Zondo, un journaliste d’investigation, tué en 1998. Ce vendredi 30 juillet 2021, le Conseil d’État a...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...