Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Le Sénégal intensifie la lutte contre le sous-emploi et les emplois indécents

Le 11 décembre le gouvernement sénégalais a signé un accord conjoint avec le Bureau international du Travail (BIT) et les partenaires sociaux les organisations d’employeurs et de travailleurs. L’objet de l’accord est le nouveau Programme Pays pour le Travail décent.

Le Sénégal a décidé de formaliser sa lutte contre le sous-emploi et les emplois indécents sur son territoire et de mobiliser un budget pour se faire. Les ministères sénégalais en charge du travail ainsi que celui de l’emploi ont signé conjointement avec le Bureau international du Travail (BIT) et les partenaires sociaux, à savoir les organisations d’employeurs et de travailleurs, un nouveau Programme Pays pour un Travail Décent (PPTD) au Sénégal.

Ce programme constitue un cadre stratégique. Le gouvernement sénégalais et les partenaires sociaux s’engagent ainsi à travailler en partenariat avec l’Organisation international du travail (OIT) et divers autres partenaires pour réaliser les objectifs qui doivent permettre un travail décent à chaque travailleur.

Le défi majeur du Programme Pays pour un Travail Décent est de parvenir à un équilibre entre le plan stratégique indiquant une approche globale ainsi qu’un cadre général d’intervention et un plan opérationnel déclinant le détail des activités et des besoins financiers. Le programme montre deux priorités majeures. Il s’agit de promouvoir la création d’emplois décents ainsi que de renforcer et étendre la protection sociale pour les travailleurs.

La chronologie du programme s’étend de 2018 à 2022 et est le second à voir le jour. Un premier PPTD pour la période de 2012 à 2016 avait été signé par le gouvernement sénégalais avec les mêmes institutions. Le bilan de ce premier programme est mitigé en raison d’une trop faible mobilisation des ressources. Le programme manquait d’ambition budgétaire pour atteindre les objectifs et résultats escomptés.

Ce point est validé sur la deuxième édition du programme. En effet, ce nouveau programme est techniquement validé depuis le 4 décembre dernier. Le gouvernement sénégalais devrait voir ses capacités budgétaires multipliées en raison de la mise à niveau du rôle du Niger au sein du processus communautaire. En conséquence, le PPTD 2018-2022 bénéficie dorénavant d’un budget prévisionnel de 867,267 millions de francs CFA.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abou Musab Al-Barnaoui, le chef du groupe djihadiste nigérian Iswap, affilié au groupe État islamique (EI), Abou Musab Al-Barnaoui, est mort ; selon l’annonce de l’armée nigériane. Abou Musab Al-Barnaoui le chef du groupe djihadiste nigérian Iswap, était à la tête de la Province ouest-africaine de l’EI, groupe djihadiste né en 2016...
En compétition, dix-sept longs-métrages pour l’Etalon d’or du Yennenga.  Au Burkina Faso se déroule actuellement le plus grand festival de cinéma d’Afrique prénommé « le Festival panafricain de cinéma et de télévision de Ouagadougou » (Fespaco). Le festival se déroule cette année dans un contexte singulier, alors que le pays subit...
Emmanuel Macron veut un véritable changement dans les rapports entre la France et les pays africains qu’elle a colonisés. Mais le paternalisme français perdure et en dépit de sa bonne volonté affichée, la « rupture du cordon ombilical », de plus en plus réclamée sur le continent africain, tarde à se...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...