Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : la décision de réattribuer la CAN 2021 au Cameroun agace
CAN Cameroun Côte d'Ivoire

Alors que le Cameroun s’est vu retirer l’organisation de la CAN 2019 pour des raisons de retards logistiques, techniques et financiers, la Confédération africaine de football (CAF) a décidé en contrepartie que la CAN 2021, promise à la Côte d’Ivoire, sera finalement organisée… par le Cameroun.

Abidjan devra en conséquence patienter jusqu’en 2023 pour organiser une nouvelle fois la plus belle des compétitions du continent. Néanmoins, cette décision ne passe absolument pas dans les hautes sphères ivoiriennes. Et on peut le comprendre.

De son côté, le président de la CAF, le Malgache Ahmad Ahmad, considère qu’une telle prise de position permettra aussi bien au Cameroun qu’à la Côte d’Ivoire de se préparer au mieux pour accueillir un événement d’une telle ampleur :

“Je suis sûr qu’on va y arriver. Je suis persuadé que les grands responsables ivoiriens vont écouter leurs compatriotes qui gèrent la préparation de la CAN. (Ainsi), ils vont se rendre compte que c’est la CAF qui avait raison.”

Pour information, le pays hôte de la CAN 2019 sera connu le 9 janvier prochain. Le Maroc et l’Afrique du Sud sont les mieux placés dans ce dossier.

Crédit photo : Wikimédia

L’élection législative en Côte d’Ivoire aura lieu le 6 mars 2021 dans 205 circonscriptions électorales. Selon le gouvernement ivoirien, 10.759 lieux de vote et 22.135 bureaux de vote abriteront le scrutin. La campagne électorale s’ouvrira vendredi 26 février 2021 à 00 heure et prendra fin le lendemain, jeudi 4 mars...
Le président Alassane Ouattara a déclaré le 16 février qu’il est confiant dans une « victoire éclatante » de son parti aux élections législatives qui se dérouleront le 6 mars. Alassane Ouattara espère renforcer sa majorité à l’occasion des prochaines élections législatives, qui se tiendront le 6 mars. Déjà majoritaire au sein de l’Assemblée, le Rassemblement...
Un quart de la production d’anacarde est vendue de manière illicite dans les pays limitrophes de la Côte d’Ivoire. « Chaque année, la fuite de la production est une grande préoccupation » déclare Adama Coulibaly, directeur du Conseil coton anacarde (CCA) ivoirien qui gère la filière.  La Côte d’Ivoire décide de lutter...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...