Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
En Afrique, un nouveau journalisme d’enquête pour protéger la démocratie

Un journalisme indépendant d’investigation est en train d’émerger, notamment en Afrique de l’Ouest. Encouragé par les pouvoirs publics, il représente un espoir face à la corruption qui continue de sévir sur le continent.

Le constat est sans ambiguïté. « Des îles du Cap-Vert aux plages de sable blanc et aux volcans rocheux en passant par les vastes déserts du Niger, les pays d’Afrique de l’Ouest sont pillés par des entreprises et des particuliers », dénonce Will Fitzgibbon, reporter senior au Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ).

Organisation à but non lucratif basée à Washington, l’ICIJ est à l’origine de plusieurs « scoops » parmi les plus retentissants de ces dernières années. Offshore Leaks, Luxembourg Leaks, SwissLeaks, Panama Papers, Paradise Papers… le travail de quelque 180 journalistes a permis de révéler de nombreuses fraudes financières mais également des informations concernant le marché noir des cigarettes, le trafic de tissus humains ou la surpêche.

Cette année, le Consortium a notamment enquêté sur l’épineuse question de l’évasion fiscale en Afrique. Comme le rappelle Will Fitzgibbon citant un rapport des Nations unies, « environ 50 milliards de dollars de capitaux sortent chaque année du continent de manière illicite, sans laisser de trace. L’Afrique de l’Ouest représente plus d’un tiers de ces 50 milliards ».

Les documents épluchés par l’ICIJ en collaboration avec la Cellule Norbert Zongo pour le journalisme d’investigation en Afrique de l’Ouest révèlent « des malversations et des détournements fiscaux dans divers pays d’Afrique de l’Ouest qui touchent aussi bien des compagnies privées que des individus, dont certains proches des gouvernements passés et actuels ». 

Investigation et indépendance

Mais si l’opération West Africa Leaks invite à blâmer certaines élites ouest-africaines, dont une partie continue de faire appel à des paradis fiscaux, elle témoigne également du développement d’un journalisme d’enquête sur le continent, un des plus solides garants du bon fonctionnement de la démocratie.

« Ces dernières années, on a vu émerger une nouvelle scène de journalistes d’investigation en Afrique de l’Ouest […]. C’est encore embryonnaire, mais il y a une envie et des concrétisations. L’impunité des puissants est dure à briser. Pour beaucoup de ces journalistes, il s’agit d’apprendre l’investigation, qui nécessite des mois de travail, en la pratiquant dans un contexte parfois très compliqué », explique Will Fitzgibbon, qui a coordonné l’opération West Africa Leaks.

Le journalisme d’investigation implique en effet une indépendance vis-à-vis des pouvoirs politiques et économiques, ainsi qu’une profondeur d’analyse et des recherches fouillées. « Le journalisme d’investigation est un genre très exigeant, qui nécessite du temps, des ressources et de l’acharnement », résume Matt Prodger, ancien journaliste à la BBC.

Un journalisme ivoirien récompensé, sous le parrainage de Dominique Nouvian Ouattara

D’où l’importance de la formation des journalistes d’enquête en Afrique, une tâche qui doit être facilitée par les pouvoirs publics sans que cela entame l’indépendance des professionnels. C’est ce que plusieurs pays africains commencent à faire. Le ministère de la Défense de Côte d’Ivoire a notamment initié une séance de formation au data journalisme et au fact-checking. « Vérifier l’information est une nécessité pour le journaliste. Ce ne sont pas les réseaux sociaux seulement qui divulguent les fausses informations. Il y a aussi les médias. Le divorce de Grâce Mugabe, l’argent donné par Eto’o Fils aux migrants, toutes ces informations qui étaient fausses venaient des médias bien connus », déplore Israël Guebo, journaliste-blogueur et principal formateur invité par le gouvernement ivoirien.

Ce dernier avait par ailleurs lancé, en juin dernier, la soirée Ebony 2018. Le concours, qui consacre les meilleurs journalistes de Côte d’Ivoire, aura lieu le samedi 8 décembre, lors de la 20e Nuit de la communication. Sous le parrainage de Dominique Nouvian Ouattara, première Dame du pays, ce rendez-vous désormais incontournable pour les journalistes ivoiriens aura pour thème « la Presse ivoirienne face au défi du numérique ». Façon de rappeler le soutien que les autorités comptent accorder aux entreprises de presse « dans toutes les initiatives qui vont dans le sens de la qualité », selon le mot de Sidiki Diakité, ministre ivoirien de l’Intérieur et de la sécurité. Pour M. Diakité, les 20 ans de la Nuit de la communication « témoignent de la vigueur et de la maturité des journalistes en Côte d’Ivoire ». Un signe de reconnaissance nécessaire à l’heure où les journalistes africains se positionnent comme un rempart contre la désinformation et toutes les formes d’abus.

 

 

AUTEUR: anais
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le 11 décembre le gouvernement sénégalais a signé un accord conjoint avec le Bureau international du Travail (BIT) et les partenaires sociaux les organisations d'employeurs et de travailleurs. L’objet de l’accord est le nouveau Programme Pays pour le Travail décent. Le Sénégal a décidé de formaliser sa lutte contre le...
Alors que le Cameroun s'est vu retirer l'organisation de la CAN 2019 pour des raisons de retards logistiques, techniques et financiers, la Confédération africaine de football (CAF) a décidé en contrepartie que la CAN 2021, promise à la Côte d'Ivoire, sera finalement organisée... par le Cameroun. Abidjan devra en conséquence...
Régulièrement victime d’inondations catastrophiques, la capitale mauritanienne dispose désormais d'un dispositif d’assainissement des eaux digne de ce nom. De quoi limiter les impondérables et surtout fournir la population avec efficacité. Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, a coupé vendredi 30 novembre le ruban du premier réseau d’assainissement moderne de...
TRIBUNES LIBRES
« La critique est aisée, mais l’art est difficile » a-t-on coutume...

S’inscrire à la Newsletter