Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Forum du crowdfunding  en Afrique : 331 milliards de dollars pour les PME

Le Forum de crowdfunfding qui s’est tenu à Dakar le 15 novembre a mis en lumière les besoins de financement des petites et moyennes entreprises en Afrique. Celles-ci auraient besoin de 331 milliards de dollars pour se développer.

Thameur Hemdane, co-président de Financement participatif Afrique et Méditerranée (FPAM) s’est exprimé sur le financement des TPE et PME lors du Forum du crowdfunding en Afrique à Dakar, cette semaine. «Leurs besoins en financement se chiffrent à 331 milliards de dollars. Le déficit de financement est la première barrière au développement des PME africaines». Toujours selon le co-président de Financement participatif Afrique et Méditerranée, «En Afrique, il y a 44 millions de PME formelles représentant 33% du Produit intérieur brut du Continent et 45% des emplois. Pourtant, 70% d’entre elles manquent de financements à long terme et 80% n’ont pas accès au crédit bancaire».

Cette analyse est partagée par Laurent Gonnet, spécialiste principal du secteur financier à la Banque mondiale (BM) qui, citant le Strategic Marketplace Initiative (SMI Forum), a précisé qu’on peut identifier un déficit de 10 milliards de dollars pour le financement des PME au sein de la zone d’Afrique de l’Ouest. «Pour le Sénégal, c’est un milliard de dollars. La Banque mondiale et d’autres partenaires doivent donc mettre en place toutes les conditions pour que ce gap soit résorbé entre 5 et 10 ans», a ainsi précisé l’expert de la Banque mondiale.

Ces propos alarmistes sont à mettre en regard du contexte entrepreneurial africain. En effet, les TPE et PME sont nombreuses et constituent un tissu économique essentiel en Afrique. Le manque de financement freine leur développement

C’est à cette étape de diagnostic qu’intervient le crowdfunding. La Banque africaine de développement (BAD) considère que cette siurce de financement est fiable mais à ce journpas suffisant. «En 2017, le montant total du “crowdfunding” en Afrique était de 153 millions de dollars. Le système n’est pas encore totalement sécurisé», a précisé Valérie Dabady, responsable du Département de la mobilisation des ressources et des financements extérieurs à la BAD.

Laurent Gonnet suggère quand à lui trois leviers. «Le premier est la concurrence au sein du secteur financier parce que si elle n’existe pas, les intervenants n’iront pas vers les PME. Le deuxième levier, c’est l’infrastructure de crédit qui annihile la symétrie d’informations entre le banquier et son client. Le troisième est la nécessité d’intervention publique avec la banque centrale, le ministère des Finances ou d’autres forces publiques», a-t-il expliqué.

Il faut faire «saliver les banques en leur faisant comprendre que le financement des PME peut rapporter de l’argent», a ainsi expliqué Laurent Gonnet.Pour conclure Gonnet suggère que les «ministères des Finances mettent en place des fonds de garantie qui offrent aux banques un niveau de confort supplémentaire leur permettant de financer un peu plus les PME ».

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le 11 décembre le gouvernement sénégalais a signé un accord conjoint avec le Bureau international du Travail (BIT) et les partenaires sociaux les organisations d'employeurs et de travailleurs. L’objet de l’accord est le nouveau Programme Pays pour le Travail décent. Le Sénégal a décidé de formaliser sa lutte contre le...
Alors que le Cameroun s'est vu retirer l'organisation de la CAN 2019 pour des raisons de retards logistiques, techniques et financiers, la Confédération africaine de football (CAF) a décidé en contrepartie que la CAN 2021, promise à la Côte d'Ivoire, sera finalement organisée... par le Cameroun. Abidjan devra en conséquence...
Régulièrement victime d’inondations catastrophiques, la capitale mauritanienne dispose désormais d'un dispositif d’assainissement des eaux digne de ce nom. De quoi limiter les impondérables et surtout fournir la population avec efficacité. Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, a coupé vendredi 30 novembre le ruban du premier réseau d’assainissement moderne de...
TRIBUNES LIBRES
« La critique est aisée, mais l’art est difficile » a-t-on coutume...

S’inscrire à la Newsletter