Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Ghana : un taux d’inflation élevé et une hausse qui se profile

La hausse du prix du pétrole et la baisse de la monnaie devrait tirer l’inflation à la hausse selon les informations de la Banque centrale ghanéenne. 

Le 23 octobre le gouverneur de la banque centrale, Ernest Addison s’est exprimé sur la hausse des prix du pétrole et la chute de la monnaie ghanéenne. «Les prix du pétrole ont augmenté et les coûts de transport ont également augmenté. Nous pensons donc que les perspectives d’inflation seront menacées» selon les propos  du gouverneur de la Banque centrale du Ghana.

Pour autant, cela ne devrait pas avoir d’incidences sur le bon comportement du pays en termes économiques. Les objectifs devraient être atteints.

Cependant, principe de réalité oblige, le Comité directeur de la politique monétaire du Ghana a revu à la baisse son taux directeur de 900 points de base au cours des deux dernières années.

En dépit de cette hausse, les principaux indicateurs demeurent au beau fixe. Après une traversée du désert marquée par la chute des prix des hydrocarbures, l’économie ghanéenne a recouvré la santé. Le pays doit déclarer la croissance africaine la plus affermie en 2018, estimée à plus de 8%. La raison de cette bonne croissance est à chercher du côté  des bons résultats de la  série de réformes entreprises par le pays. On rappellera que l’amélioration du recouvrement fiscal.

Le Ghana cherche à améliorer la gestion des entreprises publiques notamment dans le domaine de l’énergie. Le pays cherche ainsi à enrayer la hausse des prêts non performants. L’objectif est d’initier une souplesse budgétaire afin d’être plus résilient face aux chocs externes, alors que 60% de la dette ghanéenne est détenue par des organismes externes.

La hausse des prix des matières premières comme l’or, le cacao ou encore les hydrocarbures ont également agi favorablement sur les résultats. D’autant que les matières premières sont les principales sources de revenus du pays. Le Ghana affiche un  PIB estimé à 43 milliards de dollars.

La  stratégie du Ghana en terme de développement est de s’appuyer sur ses propres ressources et sur une gestion rigoureuse des finances publiques. Le Ghana exclut à ce jour le soutien des institutions telles que le FMI. En effet les gouvernants d’Accra ne souhaitent pas renouveler avec le FMI l’accord qui prend fin en 2018.

Afin de financer le développement du pays, le pays privilégie les marchés financiers, les investisseurs privés.

Source : La Tribune Afrique 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Togo en dépit des crises multiples qu’elle subit, accumule les performances et réalise des progrès dans les secteurs économiques. Classé 137ème au du classement général Doing Business de la Banque mondiale (BM), le Togo gagne 19 points. Le pays est classé en seconde position des «Top Perfomer» en Afrique...
Accra a vu naître la semaine dernière la bourse ghanéenne des matières premières. C’est la première en son genre en Afrique de l’Ouest. L’objectif est de garantir aux agriculteurs l’accès aux marchés, d’assurer la stabilité des prix, et améliorer la productivité du secteur agricole.  C’est le président lui-même, Nana Akufo-Addo...
Face à l'attentisme et au cynisme du gouvernement mauritanien - dont les efforts pour éradiquer l'esclavage sur le territoire restent mineurs - les Etats-Unis ont décidé de sanctionner le pays sur le plan économique. Et de supprimer son statut de partenaire commercial privilégié en Afrique à compter du 1er janvier 2019....
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter