Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Ghana : un taux d’inflation élevé et une hausse qui se profile

La hausse du prix du pétrole et la baisse de la monnaie devrait tirer l’inflation à la hausse selon les informations de la Banque centrale ghanéenne. 

Le 23 octobre le gouverneur de la banque centrale, Ernest Addison s’est exprimé sur la hausse des prix du pétrole et la chute de la monnaie ghanéenne. «Les prix du pétrole ont augmenté et les coûts de transport ont également augmenté. Nous pensons donc que les perspectives d’inflation seront menacées» selon les propos  du gouverneur de la Banque centrale du Ghana.

Pour autant, cela ne devrait pas avoir d’incidences sur le bon comportement du pays en termes économiques. Les objectifs devraient être atteints.

Cependant, principe de réalité oblige, le Comité directeur de la politique monétaire du Ghana a revu à la baisse son taux directeur de 900 points de base au cours des deux dernières années.

En dépit de cette hausse, les principaux indicateurs demeurent au beau fixe. Après une traversée du désert marquée par la chute des prix des hydrocarbures, l’économie ghanéenne a recouvré la santé. Le pays doit déclarer la croissance africaine la plus affermie en 2018, estimée à plus de 8%. La raison de cette bonne croissance est à chercher du côté  des bons résultats de la  série de réformes entreprises par le pays. On rappellera que l’amélioration du recouvrement fiscal.

Le Ghana cherche à améliorer la gestion des entreprises publiques notamment dans le domaine de l’énergie. Le pays cherche ainsi à enrayer la hausse des prêts non performants. L’objectif est d’initier une souplesse budgétaire afin d’être plus résilient face aux chocs externes, alors que 60% de la dette ghanéenne est détenue par des organismes externes.

La hausse des prix des matières premières comme l’or, le cacao ou encore les hydrocarbures ont également agi favorablement sur les résultats. D’autant que les matières premières sont les principales sources de revenus du pays. Le Ghana affiche un  PIB estimé à 43 milliards de dollars.

La  stratégie du Ghana en terme de développement est de s’appuyer sur ses propres ressources et sur une gestion rigoureuse des finances publiques. Le Ghana exclut à ce jour le soutien des institutions telles que le FMI. En effet les gouvernants d’Accra ne souhaitent pas renouveler avec le FMI l’accord qui prend fin en 2018.

Afin de financer le développement du pays, le pays privilégie les marchés financiers, les investisseurs privés.

Source : La Tribune Afrique 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Cinq membres des forces de défense et de sécurité du Burkina Faso sont morts dans la nuit de vendredi à samedi lors de deux attaques simultanées dans le nord du pays.  Deux attaques ont eu lieu simultanément  à Bahn et Yensé, deux localités du nord du pays, a annoncé samedi...
Une commission d'enquête révèle que l'ancien président gambien Yahya Jammeh aurait soustrait aux finances publiques au moins 360 millions de dollars. Le rapport de la commission documente détaille tous les montages qu’avait mis en place le dictateur pour détourner  les  richesses du pays.  On se souvient que depuis le toit...
L'armée malienne a déclaré le 18 octobre avoir « neutralisé » une cinquantaine d'ennemis. C’est dans le cadre de la contre-offensive lancée après le revers meurtrier infligé par les jihadistes au début du mois dans le centre du pays en guerre que l’armée malienne a agit.  L’armée malienne n’en a...
TRIBUNES LIBRES
Un an après le lancement officiel de l’Open Sky africain,...

S’inscrire à la Newsletter