Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Bénin : la croissance est au beau fixe ; 7,6% sont attendus

La ministre béninoise de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et ministre par intérim de l’Economie et des finances, Marie Odile Attanasso s’est exprimée cette semaine pour annoncer que le taux de croissance de l’économie béninoise devrait atteindre 7,6% pour l’année 2019. Les raisons de cette embellie sont à chercher du côté des bons résultats de la production de coton.

 La ministre béninoise de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et ministre par intérim de l’Economie et des finances, Marie Odile Attanasso a présenté la semaine dernière aux membres du Conseil économique et social, les grandes orientations du projet du budget général de l’Etat pour l’exercice 2019.

Marie Odile Attanasso a précisé un certain nombre d’indicateurs de l’économie béninoise. Les chiffres sont prometteurs. Le gouvernement béninois s’attend à une croissance économique de 7,6%, soit 0,8 de plus par rapport au taux de 6,8% pour 2018. Devant les membres du Conseil économique et social (CES), la ministre béninoise de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et ministre par intérim de l’Economie et des finances a décliné les facteurs de ces bons résultats. A Ces facteurs sont les suivants ; la consolidation progressive de plus d’espace budgétaire au profit des dépenses d’investissements, une maîtrise de la progression des dépenses de fonctionnement et leurs stabilisations de façon générale et une amélioration continue de la production cotonnière.

Marie Odile Attanasso s’est également exprimée sur le budget général au titre de l’année 2019. Celui-ci s’établit en ressources et en charges à quelque 1 877 milliards de francs CFA contre 1 862 milliards en 2018, soit une augmentation de 0,8%. Une enveloppe de 439,8 milliards de francs CFA sera par ailleurs dédiée à lutter plus efficacement contre la pauvreté. Il est prévu de renforcer les programmes sociaux tels que les microcrédits aux plus démunis. Sont également à l’ordre du jour : l’Assurance pour le renforcement du capital humain (ARCH), l’extension des mesures de gratuité dans le secteur de la santé par la construction des maisons de soins palliatifs et le renforcement des moyens du Programme cantines scolaires.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Côte d’Ivoire et le Ghana se sont entendus pour assurer un revenu minimum à leurs producteurs de cacao. Une politique volontariste de la part du premier producteur mondial qui s’exprime également à travers un nouveau plan de lutte contre le travail des enfants. Deux évènements qui prouvent que, s’il...
1600 tonnes, ce chiffre représente la surface hallucinante de déchets que comporte la capitale malienne. Mais aussi l'incapacité des pouvoirs publics à assurer la propreté et l'assainissement urbains. La situation est d'autant plus critique, que la période des pluies renforce les mauvaises odeurs et empêche l'eau de circuler normalement. Ce...
Le Ghana a signé avec la Banque mondiale un contrat d'achat de réductions d'émissions de gaz. Le contrat doit permettre au pays de bénéficier d'un financement pouvant aller jusqu'à 50 millions de dollars.  L'accord, signé entre le Ghana et le Fonds de partenariat sur le carbone forestier, une entité administrée...
TRIBUNES LIBRES
La Cour pénale internationale vient d’acquitter l’ancien président ivoirien, Laurent...

S’inscrire à la Newsletter