Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Bénin : la croissance est au beau fixe ; 7,6% sont attendus

La ministre béninoise de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et ministre par intérim de l’Economie et des finances, Marie Odile Attanasso s’est exprimée cette semaine pour annoncer que le taux de croissance de l’économie béninoise devrait atteindre 7,6% pour l’année 2019. Les raisons de cette embellie sont à chercher du côté des bons résultats de la production de coton.

 La ministre béninoise de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et ministre par intérim de l’Economie et des finances, Marie Odile Attanasso a présenté la semaine dernière aux membres du Conseil économique et social, les grandes orientations du projet du budget général de l’Etat pour l’exercice 2019.

Marie Odile Attanasso a précisé un certain nombre d’indicateurs de l’économie béninoise. Les chiffres sont prometteurs. Le gouvernement béninois s’attend à une croissance économique de 7,6%, soit 0,8 de plus par rapport au taux de 6,8% pour 2018. Devant les membres du Conseil économique et social (CES), la ministre béninoise de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et ministre par intérim de l’Economie et des finances a décliné les facteurs de ces bons résultats. A Ces facteurs sont les suivants ; la consolidation progressive de plus d’espace budgétaire au profit des dépenses d’investissements, une maîtrise de la progression des dépenses de fonctionnement et leurs stabilisations de façon générale et une amélioration continue de la production cotonnière.

Marie Odile Attanasso s’est également exprimée sur le budget général au titre de l’année 2019. Celui-ci s’établit en ressources et en charges à quelque 1 877 milliards de francs CFA contre 1 862 milliards en 2018, soit une augmentation de 0,8%. Une enveloppe de 439,8 milliards de francs CFA sera par ailleurs dédiée à lutter plus efficacement contre la pauvreté. Il est prévu de renforcer les programmes sociaux tels que les microcrédits aux plus démunis. Sont également à l’ordre du jour : l’Assurance pour le renforcement du capital humain (ARCH), l’extension des mesures de gratuité dans le secteur de la santé par la construction des maisons de soins palliatifs et le renforcement des moyens du Programme cantines scolaires.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 Le Niger a l’ambition de devenir un des plus grands pays producteurs de pétrole en Afrique à partir de 2025. Pour ce faire, le pays devra cependant répondre aux questions posées sur sa politique environnementale liée aux industries extractives locales.  Le Niger souhaite se développer à grands pas dans le...
 La 100ème session du conseil international du cacao s'est tenue le 10 septembre 2019 à Abidjan, sous la présidence du vice-président ivoirien, Daniel Kablan Duncan.  Au cours de cette rencontre, l’organisation internationale du cacao (ICCO) a fustigé «  un scandale  » concernant le revenu des producteurs de cette matière première...
Afin de réduire sa dépendance aux hydrocarbures, le Nigeria va promulguer une loi révisant à la hausse le taux de la TVA. Le projet de loi bien que controversé devrait améliorer les recettes fiscales et diminuer la part de la rente pétrolière dans le budget de l’Etat.  Le Nigeria est...
TRIBUNES LIBRES
Un an après le lancement officiel de l’Open Sky africain,...

S’inscrire à la Newsletter