Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Sénégal : l’Etat affirme son rôle au sein projets de développement communautaire

Alors que s’engage la deuxième phase du Programme d’urgence de développement communautaire ( PUDC), Jule Diop le ministre délégué auprès du Premier ministre déclare que l’Etat s’engagerait plus précisément au sein du PUDC.

Le Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC) le projet phare au Sénégal qui a été lancé il y a trois ans, entre dans la phase 2 de sa mise en œuvre. Les autorités gouvernementales sénégalaises ont fait savoir que l’État serait plus engagé sur cette phase que sur la première. «Pour la phase 2 du Programme d’urgence de développement communautaire (PUDC), nous avons trouvé un modèle plus allégé parce qu’il faut que nous gardions l’initiative en matière d’orientation et d’exécution. Nous avons appris comment faire et par conséquent l’Etat du Sénégal jouera un plus grand rôle» a annoncé le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé du suivi du PUDC, Souleymane Jules Diop. Diop a justifié une intervention accrue par la notion d’urgence. Il a ainsi précisé que le soutien du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) était indispensable car «il fallait aller vite dans les deux premières années de la phase d’urgence».

Lors de cette seconde étape du PUDC, les localités non encore impactées seront prises en considération afin de respecter la logique d’équité territoriale. «Quand on parle d’équité territoriale, il faut se lancer partout. En plus de la Casamance, il y a des départements comme Mbacké, Tivaouane, et Kébémer où nous allons insister», a déclaré Souleymane Jules Diop.

Selon le ministre délégué auprès du Premier ministre ; plusieurs projets doivent voir le jour. Ainsi la construction de «300 cases de santé» en plus de «1 000 périmètres agricoles» qui devraient employer chacun entre 10 et 15 personnes est prévue. L’objectif de ce projet est de permettre et «aider les femmes et les jeunes à rester dans leur localité».

Source : La Tribune Afrique

 

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter