Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria et investisseurs : opération séduction à New-York

L’économie du Nigeria redémarre et entend faire savoir aux investisseurs les bonnes dispositions dans lesquelles se trouve le pays. Après la crise qui a secoué le pays entre 2014 et 2016, l’économie du Nigeria retrouve du tonus et se relance sur la scène internationale.

 Le gouvernement nigérian prévoit une croissance de 4,6% d’ici 2020 en hausse, en stimulant la production locale, l’investissement dans les infrastructures et la création d’emplois. Le 6 octobre des responsables du gouvernement nigérian ont rencontré des gestionnaires de fonds à New York, afin de relancer l’économie du pays. Une rencontre informelle destinée à informer les détenteurs d’obligations du plan de croissance du pays fraîchement sortie de la récession a été organisée. L’économie nigériane montre de bons signes en matière économique et en 2017 s’est relevée de la crise, la récession qui secouait le pays depuis deux ans.

Le gouvernement a su réagir et a diversifié ses revenus, en passant d’une dépendance excessive aux prix mondiaux du pétrole à une collecte de taxes plus importante. L’économie nigériane a augmenté de 0,8% en 2017 et ambitionne une diversification pour réduire sa dépendance trop lourde aux hydrocarbures.

«Nous avons simplement profité de la présence de hauts responsables de l’équipe de gestion économique lors de l’Assemblée générale des Nations Unies pour rencontrer des investisseurs et des analystes», a déclaré Patience Oniha, directrice générale du Bureau de la gestion de la dette. Le gouverneur de la banque centrale Godwin Emefiele, a déclaré quand à lui, aux investisseurs que le Nigeria est en capacité d’accueillir et d’accompagner les investisseurs étrangers, et ce indépendamment du différend qui oppose le pays à l’opérateur de téléphonie sud-africain MTN.

Le Nigeria ambitionne également de lever 2,8 milliards de dollars de dettes à l’étranger dans le cadre de son budget 2018. Pour ce faire, l’approbation du Parlement est nécessaire avant de procéder à la cession d’obligations. Le Nigeria a annoncé qu’il va emprunter davantage à l’étranger, même si les taux d’intérêt sont en hausse aux États-Unis. Les chiffres annoncés, font état d’une dette extérieure qui doit représenter 40% de l’ensemble des emprunts contractés au cours du premier semestre de cette année, contre 40,2% l’année prochaine.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter