Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : le secteur privé évincé du Conseil café-cacao ?
Cacao Côte d'Ivoire

Le gouvernement ivoirien souhaite que le secteur privé ne joue plus de rôle de représentation au sein de l’organe de direction du Conseil café-cacao (CCC), le jugeant trop divisé sur la question d’une harmonisation du système de vente du cacao entre Abidjan et Accra.

Selon Jeune Afrique, “les autorités (invitent) en conséquence les représentants du secteur privé à former un organisme consultatif indépendant, qui pourra échanger régulièrement avec le CCC”.

Pour rappel, la Côte d’Ivoire et le Ghana ont signé le 28 mars dernier à Abidjan un accord portant sur l’amélioration du prix d’achat de la fève de cacao aux producteurs. Ces deux mastodontes de la filière (60% de la production mondiale) se sont également engagés à lutter contre la contrebande minant le secteur.

Les présidents ivoirien, Alassane Ouattara, et ghanéen, Nana Akufo-Addo, ont ainsi réaffirmé à cette occasion “leur volonté de définir une stratégie commune en vue de trouver une solution durable à l’amélioration des prix perçus par les producteurs de cacao dans leurs pays respectifs”.

Des ajustements seront nécessaires 

Ainsi, Ivoiriens et Ghanéens “harmoniseront désormais leur politique de commercialisation du cacao. Et annonceront chaque année de manière concomitante, et avant le début de la campagne, le prix (plancher) aux producteurs”.

Pour autant, il sera peu aisé de façonner une politique commune sur ce dossier puisque “les deux pays n’ont pas les mêmes systèmes de fixation des prix”, tempère Yves Koné, le président du Conseil ivoirien du café-cacao. Ce dernier a toutefois laissé entendre que le maximum allait être mis en oeuvre de part et d’autre pour obtenir une solution viable.

Crédit photo : Pixabay

Sources : Le Point  et Jeune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter