Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Le Niger souhaite mettre fin aux enlèvements à la frontière nigériane
Frontière Niger et Nigeria enlèvements

L’armée nigérienne intensifie depuis deux mois ses patrouilles à la frontière nigériane. Et cela, afin de lutter contre une recrudescence d’enlèvements perpétrés par des malfrats dissimulés dans la masse des réfugiés fuyant l’Etat de Zamfara.

Selon RFI, qui relaie l’information, “des familles entières traversent depuis quelques mois la frontière du Nigéria vers le Niger. Parmi eux des retournés, c’est-à-dire des Nigériens qui rentrent au pays. Mais aussi des Nigérians, souvent de proche parenté et bien accueillis de ce côté-ci de la frontière”.

Pour autant, des bandits profitent malheureusement de ce flux de personnes pour mettre en place un juteux business, confirme Zakari Oumarou, le gouverneur de la région frontalière de Maradi : “Ces derniers viennent à moto et enlèvent des personnes un peu aisées dans le but de collecter des rançons. Pour cela, ils s’associent à des Nigériens qui  facilitent ces enlèvements”, explique l’intéressé.

Une aide salvatrice de la population environnante

Face à ce fléau, Niamey renforcent donc les contrôles dans la zone. Le but du dispositif : assurer un filtrage parmi les réfugiés. En ce sens, les autorités façonnent progressivement une collaboration efficiente avec la population locale afin d’obtenir des renseignements sur les éventuels “perturbateurs”.

Il est d’ailleurs important de noter que ces précieuses informations bénéficient également “aux Etats fédérés du Nigéria qui prendront des mesures communes”, conclut le gouverneur.

Source : RFI

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans l’affaire des « biens mal acquis » de la famille Bongo, le directeur juridique de la BNP Paribas a déclaré, face aux magistrats, qu’il jugeait limité l’implication de la première banque française dans le blanchiment d’argent qui a permis à la famille Bongo d’acheter notamment une villa à Nice...
Le chef de l’État s’est exprimé et s’engage fermement dans la lutte contre la corruption politique et le narcotrafic.  Umaro Sissoco Embalo est président de la Guinée-Bissau depuis une an et demi et entend bien gouverner selon des préceptes qui lui sont propres : « Je n’ai aucun modèle, je n’admire personne »...
L’extradition de François Compaoré, le frère cadet de l’ancien président burkinabé, vers le Burkina Faso, a été validée par le Conseil d’État français. Il est poursuivi pour « incitation à assassinat » de Norbert Zondo, un journaliste d’investigation, tué en 1998. Ce vendredi 30 juillet 2021, le Conseil d’État a...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...