Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mauritanie : la Banque centrale fait la chasse aux prestataires de transfert d’argent

La Banque centrale hausse le ton en Mauritanie et ambitionne de faire respecter la loi en vigueur sur les transferts d’argent, loi qui existe depuis 12 ans.

Les prestataires de transfert d’argent en Mauritanie ont quinze jours pour régulariser leur situation vis-à-vis de la Banque centrale de Mauritanie, sous peine de quoi les sanctions tomberont. En Mauritanie, les personnes physiques ou morales qui effectueront des services de transferts de fonds ou de valeurs sans autorisation seront dorénavant passibles de sanctions prévues par la réglementation en vigueur dans le pays.

La Banque centrale a émis une circulaire adressée aux prestataires de cette filière, menaçant de fermer les bureaux et de prendre des sanctions. Les contrevenants disposent d’un délai de 15 jours, «toute société de transfert de fonds ou de valeurs qui n’aura pas déposé une demande de régularisation ou dont la demande aura été rejetée sera définitivement fermée et ses responsables contrevenants seront passibles des sanctions prévues par la réglementation en vigueur» déclare la BCM. La Banque centrale prend des dispositions coercitives alors que celle-ci a fait le constat de dérives et autres irrégularités. Ainsi plusieurs prestataires de transfert d’argent ont lancé leur activité, et plus largement à Nouakchott, et sans autorisation, au mépris de ce qu’exigent la loi mauritanienne.

 Selon une loi datant de juillet 2005, relative «à la lutte contre le blanchiment d’argent et de financement du terrorisme» une directive impose aux «personnes morales et physiques de solliciter et d’obtenir une autorisation de la Banque Centrale de Mauritanie avant d’exercer des activités de transferts de fonds ou de valeurs». La banque centrale ne manque pas de le rappeler et a contacté tous les établissements de transfert concernés.

«A cet effet, des copies d’immatriculation fiscale et d’inscription au registre de commerce, des statuts pour les personnes morales, des cartes d’identité nationales des actionnaires et principaux dirigeants, la liste des agents et leurs adresses ainsi que des attestations prouvant que ces personnes physiques et morales ne figurent pas sur la liste des créances gelées, doivent accompagner la demande de régularisation», a ajouté la BCM dans un dernier ultimatum adressé aux contrevenants , qui se soustraient à leurs obligations fiscales.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus de six millions d’Ivoiriens étaient appelés à voter aux élections locales, dont le principal enjeu est de mesurer les forces en présence avant la présidentielle de 2020. Les élections municipales et régionales n'ont pas mobilisé la population ivoirienne lors d'une journée de vote, qui fut marquée par différents incidents...
Alors que s’engage la deuxième phase du Programme d’urgence de développement communautaire ( PUDC), Jule Diop le ministre délégué auprès du Premier ministre déclare que l’Etat s’engagerait plus précisément au sein du PUDC. Le Programme d'urgence de développement communautaire (PUDC) le projet phare au Sénégal qui a été lancé il...
Le président Buhari est déterminé : les contribuables nigérians détenteurs d’actifs à l’étranger ont douze mois, à compter du lundi 8 octobre, pour régulariser leurs situations fiscales. Ils ont douze mois pour bénéficier d'une amnistie fiscale.  On sait le président Muhammadu Buhari, champion de la lutte contre la corruption. Suivant sa...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter