Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria : le Sénat se penche sur les modalités de renouvellement des contrats pétroliers

Le Nigéria annonce l’ouverture par le sénat d’une enquête sur les «anomalies» dans le renouvellement des contrats pétroliers. C’était l’un des arguments de campagne de Muhammadu Buhari en 2015 qui avait promis d’assainir le secteur pétrolier, souffrant de rumeurs de corruption.

 Le Sénat avait récemment fait lecture d’une motion du sénat qui faisait état de «remises et rabais illégaux» accordés par le ministère nigérian en charge du pétrole. A l’occasion du renouvellement des concessions pétrolières par le ministère du Pétrole, le Sénat se penche donc sur les « anomalies » déjà remarquées. Le marché du pétrole est organisé de telle manière que les compagnies pétrolières sont tenues de renouveler périodiquement leurs licences de blocs pétroliers pour continuer l’extraction ou l’exploration. Le secteur pétrolier représentent environ les deux tiers des recettes publiques du pays et est le premier pourvoyeur de devises. Ce qui génère des appétits divers et favorisant la corruption.

Le Nigéria est le plus grand producteur de pétrole brut d’Afrique et ses ventes représentent environ les deux tiers des recettes publiques du pays. Lors de la campagne électorale, Muhammadu Buhari avait fait savoir qu’il suivrait une politique de tolérance zéro dans sa lutte contre la corruption. C’est la raison pur laquelle les représentants des législateurs nigérians ont abondé dans le sens d’une enquête sur l’entreprise pétrolière nationale, la Nigerian National Petroleum Corporation.

Ainsi le Sénat a adopté une motion présentée à la séance plénière du 18 juillet et intitulé: «Irrégularités dans le renouvellement du bail pétrolier et gazier en cours et perte massive de recettes publiques». Le Sénat nigérian a convoqué le ministre des Ressources pétrolières de l’Etat, Ibe Kachikwu, et a voté en faveur d’un comité chargé de «faire un rapport au Sénat sur des anomalies dans le processus de renouvellement du bail en cours et d’identifier les mesures appropriées pour corriger lesdites anomalies». La motion précise que « Le processus de renouvellement de concessions en cours est capable de causer la perte de recettes gouvernementales de plus de 10 milliards de dollars, en raison de remises et de rabais illégaux dans le processus de renouvellement du bail ».

Et ce sont les services du ministère d’Emmanuel Ibe Kachikwu qui sont dans l’œil du cyclone. Alors même que se trouve dans toutes les mémoires le scandale causé par la condamnation de l’ancienne ministre du pétrole Diezani Alison-Madueke qui fut accusée de détournements de fonds publics et sommée de rembourser au gouvernement fédéral près de 153,3 millions de dollars. Celle-ci était tombée alors que le président Buhari avait fait de la lutte contre la corruption l’une de ses priorités. Emmanuel Ibe Kachikwu est quand à lui l’actuel Ministre d’Etat pour les Ressources Pétrolières de la République Fédérale du Nigeria et Président du Conseil d’Administration de la Nigerian national Petroleum Corporation (NNPC). NNPC qui fait l’objet de soupçons de corruption.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’ancien président du Sénégal était un grand admirateur de Pierre Soulages. Un de ses toiles estimée entre 800 000 et 1 million d’euros est mise aux enchères. La maison de ventes Caen Enchères propose le 23 janvier une toile classique des années 1950 de Pierre Soulages et ayant appartenu à Leopold Sédar Senghor....
Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) des Nations unies, a annoncé que plus de deux millions de personnes ont été déplacées dans la région du Sahel en 2020.  Les déplacements de population au Sahel sont les directes conséquences de la violence permanente que génèrent les groupes djihadistes dans la région....
C’est bien le cas de le dire. En Côte d’Ivoire, la justice fait son procès. Dans une circulaire de 8 pages, datée du 4 janvier 2021, dont nous avons reçu copie, le ministre ivoirien de la justice et des Droits de l’Homme dresse un diagnostic sombre du système judiciaire dans son...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...