Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria : le Sénat se penche sur les modalités de renouvellement des contrats pétroliers

Le Nigéria annonce l’ouverture par le sénat d’une enquête sur les «anomalies» dans le renouvellement des contrats pétroliers. C’était l’un des arguments de campagne de Muhammadu Buhari en 2015 qui avait promis d’assainir le secteur pétrolier, souffrant de rumeurs de corruption.

 Le Sénat avait récemment fait lecture d’une motion du sénat qui faisait état de «remises et rabais illégaux» accordés par le ministère nigérian en charge du pétrole. A l’occasion du renouvellement des concessions pétrolières par le ministère du Pétrole, le Sénat se penche donc sur les « anomalies » déjà remarquées. Le marché du pétrole est organisé de telle manière que les compagnies pétrolières sont tenues de renouveler périodiquement leurs licences de blocs pétroliers pour continuer l’extraction ou l’exploration. Le secteur pétrolier représentent environ les deux tiers des recettes publiques du pays et est le premier pourvoyeur de devises. Ce qui génère des appétits divers et favorisant la corruption.

Le Nigéria est le plus grand producteur de pétrole brut d’Afrique et ses ventes représentent environ les deux tiers des recettes publiques du pays. Lors de la campagne électorale, Muhammadu Buhari avait fait savoir qu’il suivrait une politique de tolérance zéro dans sa lutte contre la corruption. C’est la raison pur laquelle les représentants des législateurs nigérians ont abondé dans le sens d’une enquête sur l’entreprise pétrolière nationale, la Nigerian National Petroleum Corporation.

Ainsi le Sénat a adopté une motion présentée à la séance plénière du 18 juillet et intitulé: «Irrégularités dans le renouvellement du bail pétrolier et gazier en cours et perte massive de recettes publiques». Le Sénat nigérian a convoqué le ministre des Ressources pétrolières de l’Etat, Ibe Kachikwu, et a voté en faveur d’un comité chargé de «faire un rapport au Sénat sur des anomalies dans le processus de renouvellement du bail en cours et d’identifier les mesures appropriées pour corriger lesdites anomalies». La motion précise que « Le processus de renouvellement de concessions en cours est capable de causer la perte de recettes gouvernementales de plus de 10 milliards de dollars, en raison de remises et de rabais illégaux dans le processus de renouvellement du bail ».

Et ce sont les services du ministère d’Emmanuel Ibe Kachikwu qui sont dans l’œil du cyclone. Alors même que se trouve dans toutes les mémoires le scandale causé par la condamnation de l’ancienne ministre du pétrole Diezani Alison-Madueke qui fut accusée de détournements de fonds publics et sommée de rembourser au gouvernement fédéral près de 153,3 millions de dollars. Celle-ci était tombée alors que le président Buhari avait fait de la lutte contre la corruption l’une de ses priorités. Emmanuel Ibe Kachikwu est quand à lui l’actuel Ministre d’Etat pour les Ressources Pétrolières de la République Fédérale du Nigeria et Président du Conseil d’Administration de la Nigerian national Petroleum Corporation (NNPC). NNPC qui fait l’objet de soupçons de corruption.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors qu'Isatu Touray, vice-présidente gambienne, souffre désormais du nouveau coronavirus, le chef d'Etat, Adama Barrow, a choisi mercredi 29 juillet de se mettre en quarantaine; Les mesures sanitaires liées au Covid-19 l'imposant en toute logique. "M. Barrow sera en isolement pour deux semaines", a confirmé le même jour sur Twitter...
Après le décès soudain le 8 juillet dernier de l'ex-Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, candidat déclaré à la présidentielle ivoirienne d'octobre 2020 - et cela après deux mois d'hospitalisation en France pour des problèmes cardiaques - le chef d'Etat, Alassane Ouattara, pourrait briguer un troisième mandat à la tête du...
Déterminé à remonter sur la plus haute marche de la hiérarchie ghanéenne, l'ex-président, John Dramani Mahama (24 juillet 2012 - 7 janvier 2017), a décidé de miser sur une colistière pour parvenir à ses fins. Il s'agit de Jane Naana Opoku-Agyemang, enseignante de profession. Le président sortant, Nana Akufo-Addo, chef de file du...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter