Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Liberia : le président Weah s’engage sur la voie de la relance économique

Le nouveau président libérien annonce une série de mesures destinées à juguler l’inflation. Réformes d’ordre monétaire et économique sont à l’ordre du jour du gouvernement qui après un flottement de début de mandat, souhaite s’attaquer à des réformes structurelles.

Georges Weah annonce pour commencer une série de mesures conjoncturelles qui préfigurent la mise en place d’une refonte structurelle de l’économie libérienne. Viendra rapidement un série de réformes destinées à relancer l’économie du pays. Le 16 juillet Georges Weah s’est exprimé en direction du pays afin d’expliquer la mise en œuvre d’une série de mesures fiscales et monétaires ayant pour objectifs, d’atténuer la chute du dollar libérien face au dollar américain. Il s’agit en priorité de juguler l’inflation galopante qui affecte le pouvoir d’achat des populations.

« Je suis pleinement conscient de l’impact négatif de la baisse du taux de change sur la situation économique du peuple libérien, et des graves difficultés que cela commence à engendrer. Nous estimons qu’une application plus énergique de la politique monétaire devrait permettre de résoudre le problème » a ainsi déclaré le président Weah.

La première mesure consiste en une injection immédiate dans le circuit économique de 25 millions de dollars par la Banque centrale afin de permettre d’éponger l’excèdent de dollars libériens. Pour compréhension, à date du 16 juillet il fallait quelque 160 dollars libériens pour obtenir un dollar américain, contre seulement 100 en juin 2017. Selon les dires du président Weah, 90% de la monnaie locale circule dans des circuits informels alors que la chute du dollar libérien a entraîné une augmentation des prix, notamment des produits de première nécessité. L’inflation est passée de 17% en février à 21% au mois de juillet.

A court terme, des pouvoirs plus étendus seront accordés à la banque centrale qui pourra ainsi renforcer sa surveillance du système monétaire. Georges Weah élu en janvier 2018 est très attendu sur la réforme de l’économie, alors même que sa campagne était axée sur le chantier de la relance. Le contexte de l’époque était complexe et morose puisque le pays et l’économie libérienne ne s’étaient pas encore relevé de l’épidémie d’Ebola de 2014  et que de la baisse des cours des matières premières ; notamment le fer ou le caoutchouc, vaient un impact négatif sur les chiffres de l ‘économie. On peut sans nulle doute également évoquer les conséquence des années de guerre civile entre 1989 et 2003, qui ont gravement affecté le pays.

Le défi est immense alors que le nouveau président subit les critiques de la part de la population qui attend avec impatience les changements promis pendant la période électorale. Les premières mesures concernant l’abandon des taxes d’importations sur certains produits de base, doivent avoir un impact social dans des délais courts.

Le président Weah s’est exprimé, conscient des attentes et besoins des Libériens. Il a annoncé qu’une nouvelle prise de parole devrait sous peu, dévoiler la stratégie de relance économique et de lutte contre la pauvreté. Il a accompagné son message d’un bémol, appelant à la patience de la population, reconnaissant que « trouver des solutions durables aux défis macroéconomiques prendra du temps ».

Source : La Tribune Afrique

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le leader de l'Ira, mouvement politique qui lutte contre l'esclavagisme patenté en Mauritanie, est monté une nouvelle fois au créneau pour dénoncer une communication étatique à deux vitesses dans ce triste dossier. "Je suis d’accord avec le chef de l’Etat (Mohamed Ahmed El-Ghazouani) quand il dit que la Mauritanie n’institutionnalise...
La Mauritanie présente une singularité dans le monde arabe en attestant d'un taux de divorce oscillant entre 42 et 49 %, selon les estimations, bien que le gouvernement ne corrobore pas ces chiffres. Plus curieux encore, ce sont les femmes qui sont souvent à l'origine des ruptures.  D'après le site...
Une conférence de presse animée par l’association Les Victimes de Guillaume Soro (VGS) a eu lieu lundi 25 novembre 2019, à la Maison de la presse à Abidjan-Plateau. À cette occasion, le mouvement présidé par Kader Doumbia, ex-membre des Forces nouvelles (FN), a dénoncé les pratiques inorthodoxes de l’ex-secrétaire général des...
TRIBUNES LIBRES
Un an après le lancement officiel de l’Open Sky africain,...

S’inscrire à la Newsletter