Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Le Burkina Faso ouvre une première mine d’or industrielle dans la région des Cascades

Le Burkina Faso ambitionne une production estimée entre 80 et 90 tonnes d’or sur une période d’exploitation de 20 ans au sein de la mine d’or de Niankorodougou, dans les Cascades. Le top départ des travaux de la construction de la mine a été donné le 6 juillet et le projet s’élève à un coût estimé à 137 milliards de Fcfa, soit 245 millions de dollars. Fin 2019 est prévue la première livraison d’or.

L’exploitation minière de la région des cascades au Burkina Faso s’étale sur quatre gisements d’or pour une superficie totale d’environ 89 km², selon le président directeur général (PDG) de la mine, Richard Young. La région des Cascades au Burkina Faso a désormais sa toute première mine industrielle.

Cette première mine de la région est dénommée « Wahgnion Gold Project ” et est implantée à Niankorodougou, soit 40 km au Sud dans la zone de Sindou. C’est le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, qui a inauguré le début des travaux dans la commune de Niankorodougou.

Le premier coup de pioche vient couronner le succès d’un long processus qui a démarré fin 2016 au moment où Teranga Gold Corporation a acquis le projet d’une société australienne, détentrice d’un permis d’exploitation en août 2014. Le président directeur général (PDG) de la mine, Richard Young a déclaré que l’exploitation s’étale sur quatre gisements pour une superficie totale d’environ 89 km².

Le montant des travaux est estimé à 245 millions de dollars. 2,3 milliards de Fcfa (4 millions de dollars) sont destinés à l’indemnisation des populations locales dont les activités ont été impactées par la mine. Ces populations ont déjà reçu 371 millions de Fcfa (664 mille dollars).

 

Le ministre des mines Burkinabé Oumarou Adani s’est exprimé au sujet des retombées socio-économiques qui selon lui, bénéficieront très largement aux populations locales. Ainsi l’Etat ambitionne de percevoir taxes et impôts à hauteur de 84 milliards de Fcfa (143 millions de dollars) sur une période de 9 ans. Ce qui signifie en équivalent tonnage, une production de 3,7 tonnes d’or par an. D’un point de vue social, le projet minier de Niankorodougou devrait permettre la création de 1000 emplois, dont 600 permanents. Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba s’est quand à lui félicité des retombées attendues de l’exploitation de la mine d’or.

« 80 à 90 tonnes d’or sont prévues pour une vingtaine d’années d’exploitation », selon Paul Kaba Tiéba, qui a mis l’accent sur le rôle clé du secteur minier dans la stratégie burkinabé pour l’exécution du Plan national de développement économique et social (PNDES).

Source : La tribune Afrique

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que le Cameroun s'est vu retirer l'organisation de la CAN 2019 pour des raisons de retards logistiques, techniques et financiers, la Confédération africaine de football (CAF) a décidé en contrepartie que la CAN 2021, promise à la Côte d'Ivoire, sera finalement organisée... par le Cameroun. Abidjan devra en conséquence...
Régulièrement victime d’inondations catastrophiques, la capitale mauritanienne dispose désormais d'un dispositif d’assainissement des eaux digne de ce nom. De quoi limiter les impondérables et surtout fournir la population avec efficacité. Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, a coupé vendredi 30 novembre le ruban du premier réseau d’assainissement moderne de...
Les autorités de Côte d’Ivoire ont annoncé la semaine dernière ; le 28 novembre la création d'un comité de suivi des projets financés ou cofinancés par la Chine en faveur de la Côte d'Ivoire.  Afin d’accompagner au mieux les projets financés ou cofinancés par leurs partenaires Chinois, les autorités ivoiriennes ont...
TRIBUNES LIBRES
« La critique est aisée, mais l’art est difficile » a-t-on coutume...

S’inscrire à la Newsletter