Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Adoption au Mali du Régime d’assurance maladie universelle

Le Mali se dote d’un régime d’assurance maladie universelle, ambitionnant une rapide mise en place d’une couverture maladie universelle. Ainsi le gouvernement a adopté le projet de loi le 20 juin entérinant un projet discuté depuis des années.

 Le conseil des ministres du mercredi 20 juin a adopté le projet de loi portant institution du Régime d’assurance maladie universelle (RAMU). «L’institution du régime d’assurance maladie universelle vise à défragmenter les dispositifs de couverture du risque maladie existants en vue d’offrir à l’ensemble de la population malienne un régime d’assurance maladie unique qui couvrira toutes les catégories sociales par des mécanismes plus adaptés» a ainsi précisé le gouvernement au sortir du conseil des ministres.

Ainsi le système de santé malien se structure au gré des réformes. La mise en place du RAMU intervient après l’évaluation de la mise en place de l’assurance maladie obligatoire (AMO), après la création du régime d’assurance médicale, ainsi que les mutuelles de santé. Et c’est dorénavant 2,2 millions de personnes sur un peu plus de 18 millions, soit 12% de la population totale qui sont couvertes par le système de santé. «Cette couverture reste faible en raison de la fragmentation des mécanismes et de la disparité des services couverts» ont indiqué les autorités de santé. «L’institution du régime d’assurance maladie universelle participe de l’atteinte des objectifs de développement durable de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en matière de couverture sanitaire» précise le gouvernement.

Le gouvernement a choisi de procéder par étapes. Les autorités ont décidé dans un premier temps d’instaurer un régime qui met l’accent sur l’organisation et la promotion de la demande et sur l’offre de services. Le RAMU s’appuiera sur trois mécanismes complémentaires : l’assurance maladie obligatoire ; le Régime d’assistance médicale (RAMED) ; et les mutuelles de santé. Ces mécanismes se verront complétés par des régimes spécifiques de gratuité concernant certaines activités socioprofessionnelles.

Source : La tribune Afrique

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter