Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Sénégal : le gouvernement réforme le statut des écoles coraniques

Le 6 juin le gouvernement sénégalais a entériné le projet de réforme du statut des écoles coraniques (daaras) en adoptant un nouveau projet de loi.

L’objectif du nouveau projet de loi est très précis et ne cache pas ses ambitions. Il s’agit de donner accès aux enseignements élémentaires et créer des passerelles vers l’enseignement public ou la formation professionnelle aux enfants sénégalais alors qu’une étude montre que près de 50% d’entre eux ne se rendent pas à l’école formelle. Ainsi selon l’Unicef 47% des enfants sénégalais en âge d’être scolarisés ne sont pas inscrits à l’école formelle et au moins un tiers d’entre eux seraient talibéssénégal selon l’expression de Hamidou Dia, sociologue et chercheur à l’Institut de recherche pour le développement (IRD), qui a dirigé le rapport.

Le premier axe du texte du projet de loi est un axe pédagogique qui construit un cursus d’une durée de huit ans, permettant l’apprentissage du Coran et l’acquisitions des compétences élémentaires des programmes du CP au CM2 alors que « nombre d’enfants des daaras ne savent ni lire ni écrire en français et n’ont pas de notion de calcul » comme l’indique l’inspecteur des daaras pour le ministère de l’Éducation nationale, Babacar Samb,

Le second axe du projet de loi est un axe juridique qui permet de doter les daaras d’un cadre juridique formel, afin de les rendre éligibles aux subventions étatiques. Il s’agit d’améliorer  les infrastructures des écoles coraniques. Pour mieux encadrer les écoles d’obédience coranique, le gouvernement construit 32 daaras à travers le pays. Ces constructions s’inscrivent dans le cadre d’un projet pilote appuyé par la Banque islamique de développement (BID) à hauteur de 10,3 milliards de francs CFA.

Le gouvernement est cependant confronté à une opposition. Et notamment de la part de la Fédération nationale des associations d’écoles coraniques du Sénégal. Cette dernière compte 712 associations et revendique 16 800 daaras et deux millions de talibés. La Fédération bénéficie d’une influence réelle et déjà en 2015, elle avait oeuvré contre le projet de loi de modernisation des daaras. La campagne de lutte avait mené au retrait de loi du gouvernement, les actions de sensibilisation parmi les populations et les interventions massives dans les médias avaient eu raison de la volonté gouvernementale. A quelques mois de l’élection présidentielle, il sera intéressant d’observer comment les différentes sensibilités s’expriment d’autant que les confréries religieuses du Sénégal représentent un réservoir de votes non négligeable. « Au-delà de la formalisation des établissements coraniques, ce projet s’inscrit dans une démarche plus large de ‘sénégalisation’ de l’école publique », estime le sociologue Hamidou Dia.

Source : Jeune Afrique

 

 

 

 

 

AUTEUR: anais
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Alors que le Cameroun s'est vu retirer l'organisation de la CAN 2019 pour des raisons de retards logistiques, techniques et financiers, la Confédération africaine de football (CAF) a décidé en contrepartie que la CAN 2021, promise à la Côte d'Ivoire, sera finalement organisée... par le Cameroun. Abidjan devra en conséquence...
Régulièrement victime d’inondations catastrophiques, la capitale mauritanienne dispose désormais d'un dispositif d’assainissement des eaux digne de ce nom. De quoi limiter les impondérables et surtout fournir la population avec efficacité. Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, a coupé vendredi 30 novembre le ruban du premier réseau d’assainissement moderne de...
Les autorités de Côte d’Ivoire ont annoncé la semaine dernière ; le 28 novembre la création d'un comité de suivi des projets financés ou cofinancés par la Chine en faveur de la Côte d'Ivoire.  Afin d’accompagner au mieux les projets financés ou cofinancés par leurs partenaires Chinois, les autorités ivoiriennes ont...
TRIBUNES LIBRES
« La critique est aisée, mais l’art est difficile » a-t-on coutume...

S’inscrire à la Newsletter