Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mauritanie : l’IRA entrevoit un avenir politique dans sa lutte contre l’esclavage
Mauritanie esclavage IRA

L’ONG IRA – qui lutte depuis 2008 en Mauritanie contre le fléau de l’esclavage qui perdure sur le territoire – a trouvé un accord avec le parti Sawag pour présenter plusieurs candidats lors des prochaines sessions électorales.

Jusqu’à présent, l’Initiative de résurgence du mouvement abolitionniste (IRA) n’était pas reconnue par le pouvoir en place mené d’une main de fer par Mohamed Ould Abdel Aziz.

Et cela pour une bonne raison puisque Nouakchott opère un comportement schizophrénique sur le dossier de l’esclavage, pourtant aboli depuis 1991 et largement condamnable par les textes. A tel point que ce dossier est devenu particulièrement tabou sur le territoire.

Peser sur les urnes

Le leader de l’IRA, Biram Dah Abeid – connu à l’international pour son Prix des droits de l’Hommes reçu à l’ONU en 2013, mais aussi pour avoir fini second de l’élection présidentielle domestique en 2014 derrière Mohamed Ould Abdel Aziz – a donc dû contourner la censure étatique en trouvant un accord avec une formation reconnue.

Une volonté qui a trouvé écho auprès du parti Sawag qui multiplie les rapprochements avec les entités mauritaniennes les plus critiques vis-à-vis de la politique de l’autruche menée par le gouvernement.

Crédit photo : Pixabay

Source : Afrique le 360

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  Dans un message vidéo diffusé sur Internet, samedi 19 septembre 2020, le président du congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (COJEP), Charles Blé Goudé, s’est exprimé sur la situation politique en Côte d’ivoire.  L’ex-Codétenu de Laurent Gbagbo à la cour pénale internationale, qui demande au président...
L'Archevêché de Conakry est monté au créneau pour dénoncer une expropriation des biens de l'Eglise par les habitants du village de Kendoumayah situé au sein de la préfecture de Coyah. Selon La Croix, les villageois ont barricadé, dimanche 20 septembre, l’entrée et la sortie de Kendoumayah pour procéder au lotissement d’un...
Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter