Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Noix de cajou : la Guinée-Bissau elle aussi confrontée à de sérieux problèmes
Guinée-Bissau noix de cajou commercialisation

Alors que la Côte d’Ivoire subit actuellement un temps d’arrêt en matière d’exportation de noix de cajou, la Guinée-Bissau rencontre elle aussi des problèmes d’ordre structurel avec une campagne de commercialisation 2018 au point mort.

Selon RFI, Bissau serait le théâtre d’un véritable marasme entre autorités et commerçants qui refusent d’endosser la responsabilité de “ce blocus”. Le gouvernement a donc tranché ce regrettable conflit en sollicitant le voisin sénégalais afin qu’il lance définitivement “la machine” pour le cru 2018.

Toutefois, il est important de noter que Dakar n’a pas été associé à ce dossier par la Cédéao, pourtant en première ligne dans un problème touchant plusieurs Etats ouest-africains. Mais le temps presse…

En conséquence, deux sociétés sénégalaises ont signé début mai un contrat d’achat de 120 000 tonnes de noix de cajou au prix de 1 000 francs CFA le kilogramme aux producteurs bissau-guinéens. Et cela, pour le plus grand bonheur d’Alioune Sarr, le ministre sénégalais du Commerce et de l’Industrie :

« Le premier contrat concerne la société Insen Foods qui a pris l’engagement d’acheter 100 000 tonnes de cajou aux producteurs, à raison de 2000 dollars la tonne. Le second (a été signé) par la société Mery Logistics qui a contracté pour 20000 tonnes. Ce qui fait donc 120000 tonnes (au total) », se félicite ainsi l’intéressé.

Au final, si cette manne financière permet à la filière domestique de redécoller, elle ne fait pour autant pas les affaires des commerçants intermédiaires qui se sentent largement oubliés dans ce deal. Un cri d’alarme qui sera pris en compte dans le futur, ont promis les autorités locales.

Crédit photo : Patrika

Source : RFI

Article connexe :

Côte d’Ivoire : la noix de cajou marque un temps d’arrêt à l’exportation

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans l’affaire des « biens mal acquis » de la famille Bongo, le directeur juridique de la BNP Paribas a déclaré, face aux magistrats, qu’il jugeait limité l’implication de la première banque française dans le blanchiment d’argent qui a permis à la famille Bongo d’acheter notamment une villa à Nice...
Le chef de l’État s’est exprimé et s’engage fermement dans la lutte contre la corruption politique et le narcotrafic.  Umaro Sissoco Embalo est président de la Guinée-Bissau depuis une an et demi et entend bien gouverner selon des préceptes qui lui sont propres : « Je n’ai aucun modèle, je n’admire personne »...
L’extradition de François Compaoré, le frère cadet de l’ancien président burkinabé, vers le Burkina Faso, a été validée par le Conseil d’État français. Il est poursuivi pour « incitation à assassinat » de Norbert Zondo, un journaliste d’investigation, tué en 1998. Ce vendredi 30 juillet 2021, le Conseil d’État a...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...