Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Crise au Togo : avant le sommet de la CEDEAO, les négociations se poursuivent

Dans un mois le sommet de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest aura lieu en juin à Lomé. Entre temps, il est espéré un retour des démarches pour la résolution de la crise.

Alors que cette semaine était prévue une rencontre entre le médiateur de la crise togolaise, le président Nana Akufo-Addo du Ghana et l’opposition, et alors que celle-ci n’a finalement pas eu lieu, la coalition de l’opposition au Togo a confirmé que des manifestations se tiendront dans les jours qui viennent dans toutes les grandes villes du pays.

A l’issue du sommet extraordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) du 14 avril à Lomé, la coalition de l’opposition togolaise avait demandé à rencontrer le médiateur du dialogue politique entre le pouvoir et l’opposition, le président ghanéen Nana Akufo-Addo. C’est cette semaine que Nana Akufo-Addo a accédé à la demande de la coalition qui souhaite exposer certaines préoccupations. Ce dernier avait souhaitait reprendre le processus de dialogue politique après un moment de silence et flottement. Cependant la rencontre fut annulée le lundi 21 mai en raison de modifications d’agenda du président ghanéen. Selon Akufo-Addo, la nouvelle démarche consiste à concilier les positions qui sont diamétralement opposées et semblent irréconciliables. L’opposition ne souhaite plus voir Faure Gnassingbé président du Togo et éventuel candidat à la présidentielle de 2020, alors que le pouvoir en exercice estime que le président a le droit constitutionnel de se représenter.

Les négociations suivent leur cours, bien que lentes en apparence. Les deux facilitateurs, Nana Akufo-Addo et Alpha Condé devront formuler des recommandations pour la résolution de la crise à la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO, lors de son prochain sommet à Lomé. Si l’organisation sous-régionale approuve les recommandations suggérées ; celles-ci s’imposeront au pays telle une feuille de route de résolution de la crise et tous les acteurs impliqués seront appelés à œuvrer à sa mise en œuvre.

En l’attente de progrès manifestes, l’opposition continue de se mobiliser et contester en organisant des manifestations publiques. Brigitte Adjamagbo-Johnson, la coordinatrice de la Coalition des quatorze partis, a annoncé que des manifestations se tiendront dans les prochains jours dans toutes les grandes villes du pays maintenant ainsi la pression et faisant état de la détermination des Togolais.

«Nous sommes arrivés à un point crucial, nous avons fait tout ce que nous pouvons, mais le régime résiste. Il appartient aux populations de faire aboutir la lutte. Leur réaction a été très positive. Les populations sont prêtes à agir avec plus de détermination pour que les prochaines manifestations puissent être n’importe où une référence » a ainsi déclaré Brigitte Adjamagbo-Johnson.

Source : La Tribune Afrique

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Un an après un référendum constitutionnel entaché de fraudes, des centaines d’opposants guinéens ont été blessés, torturés, emprisonnés, et plusieurs dizaines ont perdu la vie dans des affrontements d’une violence inouïe, selon de nombreux observateurs locaux et internationaux. Ces persécutions se sont amplifiées depuis octobre dernier, au lendemain de la...
Mercredi 24 février 2021 à Abidjan, le docteur Assoa Adou, secrétaire général du front populaire ivoirien (FPI) proche de Laurent Gbagbo, a annoncé le retour de l’ex-président ivoirien en Côte d’Ivoire. Il  a révélé l’information au cours d’une rencontre qui s’est tenue en présence de madame Simone Éhivet Gbagbo (deuxième...
Le dauphin de Mahamadou Issoufou, Mohamed Bazoum est élu président du Niger avec 55,75% des voix. Le candidat du PNDS s’est imposé face à Mahamane Ousmane (44,25%). Le mardi 23 février 2021, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a annoncé les résultats de l’élection présidentielle « Les voix obtenues valides se...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...