Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mauritanie : le gouvernement souhaite diminuer le nombre de partis politiques
Mauritanie loi partis politiques

Le président Mohamed Ould Abdel Aziz a décidé de faire le ménage au sein de la classe politique mauritanienne, c’est un euphémisme. Un décret durcissant la loi régissant les partis politiques a ainsi émergé du dernier conseil hebdomadaire gouvernemental.

Dans la foulée, les dispositions du texte ont été énumérées devant la presse par le ministre de l’Intérieur, Ahmadou Ould Abdallah :

“Un parti politique qui participe deux fois de suite à une élection municipale sans atteindre un pour cent des suffrages exprimés sera dissous. En cas de non-participation deux fois consécutives à un scrutin local, le parti politique sera aussi dissous”.

Le but de la manoeuvre est claire, éliminer les formations qui ne pèsent pas assez à l’échelle nationale et régionale. Et pour cause, la Mauritanie en compte actuellement 140 pour seulement 4 millions d’habitants. Logiquement, cette décision suscite la polémique relaie RFI.

Ainsi, si Ladji Rraoré, le secrétaire général de l’alliance populaire progressiste au Parlement (APP), juge ce nombre exagéré – “Les Mauritaniens pensent que les partis politiques, c’est un peu comme des boutiques. Si on veut crédibiliser la démocratie, il faut qu’ils soient représentatifs” – la résonance du décret n’est pas du tout la même du côté du front de l’opposition (FNDU) qui condamne dans son communiqué “une décision unilatérale et arbitraire, prise sans concertation avec la classe politique”. Avant de rappeler que 80 partis pourraient en faire les frais.

Pour information, ce marasme intervient à trois mois des élections législatives et municipales.

Crédit photo : Flickr

Source : RFI

Réagir à cet article

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le 13 février, l’Union européenne a mis à jour la nouvelle liste actualisée des pays à hauts risques en matière de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme. Les pays concernés devront se soumettre à une étroite surveillance européenne. Ce qui n’est pas sans conséquence sur le financement et...
Le gouvernement Ouattara prévoit de créer d'ici 18 mois une plateforme (BMPA) destinée à soutenir financièrement le secteur agricole ivoirien. Mais ce n'est pas tout, cette dernière permettra également aux structures spécialisées de mieux communiquer sur les tarifs en vigueur. Enfin, les prix seront de leur côté mieux contrôlés. Ce projet...
L'ex-cadre de la sélection ivoirienne, Gervinho, qui s'éclate cette saison à Parme, se replace doucement mais surement dans les petits papiers du coach national, Ibrahima Kamara. Après deux années en Chine, où les salaires sont mirobolants, Gervinho marque à nouveau les esprits avec de brillantes prestations dans la calcio italien. Et...
TRIBUNES LIBRES
La Cour pénale internationale vient d’acquitter l’ancien président ivoirien, Laurent...

S’inscrire à la Newsletter