Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mauritanie : le gouvernement souhaite diminuer le nombre de partis politiques
Mauritanie loi partis politiques

Le président Mohamed Ould Abdel Aziz a décidé de faire le ménage au sein de la classe politique mauritanienne, c’est un euphémisme. Un décret durcissant la loi régissant les partis politiques a ainsi émergé du dernier conseil hebdomadaire gouvernemental.

Dans la foulée, les dispositions du texte ont été énumérées devant la presse par le ministre de l’Intérieur, Ahmadou Ould Abdallah :

“Un parti politique qui participe deux fois de suite à une élection municipale sans atteindre un pour cent des suffrages exprimés sera dissous. En cas de non-participation deux fois consécutives à un scrutin local, le parti politique sera aussi dissous”.

Le but de la manoeuvre est claire, éliminer les formations qui ne pèsent pas assez à l’échelle nationale et régionale. Et pour cause, la Mauritanie en compte actuellement 140 pour seulement 4 millions d’habitants. Logiquement, cette décision suscite la polémique relaie RFI.

Ainsi, si Ladji Rraoré, le secrétaire général de l’alliance populaire progressiste au Parlement (APP), juge ce nombre exagéré – “Les Mauritaniens pensent que les partis politiques, c’est un peu comme des boutiques. Si on veut crédibiliser la démocratie, il faut qu’ils soient représentatifs” – la résonance du décret n’est pas du tout la même du côté du front de l’opposition (FNDU) qui condamne dans son communiqué “une décision unilatérale et arbitraire, prise sans concertation avec la classe politique”. Avant de rappeler que 80 partis pourraient en faire les frais.

Pour information, ce marasme intervient à trois mois des élections législatives et municipales.

Crédit photo : Flickr

Source : RFI

Réagir à cet article

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les experts médico-légaux de la Police gambienne en collaboration avec la Commission Vérité et réconciliation et réparations ont mis à jour le 17 avril une fosse commune au sein même de la caserne militaire de Yundum à 16 km de Banjul. Selon les premières informations délivrées par les autorités gambiennes,...
Un groupe de députés maliens issu de l'opposition - mais aussi de la majorité fidèle au président, Ibrahim Boubacar Keïta - ont déposé mercredi 17 avril une motion de censure à l'intention du Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga. Concrètement, il s'agit ni plus ni moins que d'une grande première pour...
A Praia au Cap-Vert, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a déclaré que serait entériné sous peu le processus législatif qui doit conduire la Guinée-Equatoriale à retirer la peine de mort de son arsenal juridique. Ce retrait constitue une exigence de la feuille de route de la Communauté des pays de langue...
TRIBUNES LIBRES
La Cour pénale internationale vient d’acquitter l’ancien président ivoirien, Laurent...

S’inscrire à la Newsletter