Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mauritanie : le gouvernement souhaite diminuer le nombre de partis politiques
Mauritanie loi partis politiques

Le président Mohamed Ould Abdel Aziz a décidé de faire le ménage au sein de la classe politique mauritanienne, c’est un euphémisme. Un décret durcissant la loi régissant les partis politiques a ainsi émergé du dernier conseil hebdomadaire gouvernemental.

Dans la foulée, les dispositions du texte ont été énumérées devant la presse par le ministre de l’Intérieur, Ahmadou Ould Abdallah :

“Un parti politique qui participe deux fois de suite à une élection municipale sans atteindre un pour cent des suffrages exprimés sera dissous. En cas de non-participation deux fois consécutives à un scrutin local, le parti politique sera aussi dissous”.

Le but de la manoeuvre est claire, éliminer les formations qui ne pèsent pas assez à l’échelle nationale et régionale. Et pour cause, la Mauritanie en compte actuellement 140 pour seulement 4 millions d’habitants. Logiquement, cette décision suscite la polémique relaie RFI.

Ainsi, si Ladji Rraoré, le secrétaire général de l’alliance populaire progressiste au Parlement (APP), juge ce nombre exagéré – “Les Mauritaniens pensent que les partis politiques, c’est un peu comme des boutiques. Si on veut crédibiliser la démocratie, il faut qu’ils soient représentatifs” – la résonance du décret n’est pas du tout la même du côté du front de l’opposition (FNDU) qui condamne dans son communiqué “une décision unilatérale et arbitraire, prise sans concertation avec la classe politique”. Avant de rappeler que 80 partis pourraient en faire les frais.

Pour information, ce marasme intervient à trois mois des élections législatives et municipales.

Crédit photo : Flickr

Source : RFI

Réagir à cet article

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L'imam Aguib Touré, qui officie à Abidjan, est incarcéré depuis plus d'une semaine à la maison d'arrêt et de correction de la capitale économique ivoirienne. Ce dernier est accusé "d'apologie du djihadisme". Selon le procureur de la République, Richard Adou, l'intéressé "est poursuivi pour des faits de xénophobie, d'incitation à la...
Pour faire face à une demande croissante en électricité du pays et palier les coupures régulières liées aux insuffisances des réseaux électriques existants, la Côte d’Ivoire initie un projet de développement et de réhabilitation du réseau électrique de Côte d’Ivoire (PRODERCI) d’un coût de 822 millions de dollars. Le projet...
Les startup africaines lèvent 168 millions d'euros au premier trimestre 2018, signe de bonne santé de l’écosystème de l’innovation. Les fondations et les bailleurs de fonds sont les principaux contributeurs aux levées de fonds des jeunes pousses. Le monde des startups a le vent en poupe. Ainsi selon l'organisation WeeTracker...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter