Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Le Bénin lance le plan « Faim Zéro » pour lutter contre l’insécurité alimentaire

Le Bénin se donne les moyens d’atteindre les objectifs de développement durable avant 2030 et ambitionne ainsi d’éliminer la faim, de garantir la sécurité alimentaire, d’améliorer la nutrition et de promouvoir l’agriculture durable.

L’offensive est lancée. Le gouvernement béninois a démarré un «examen stratégique national de la sécurité alimentaire et de la nutrition» qui porte un nom ambitieux : «Faim Zéro». «L’insécurité alimentaire constitue l’une des problématiques majeures du développement au Bénin. En 2017, plus de 1,09 million de Béninois sont en insécurité alimentaire, dont 80 000 sévèrement touchés», a déclaré le17 mai Rufino d’Almeida, directeur du cabinet du ministère béninois, chargé du plan et du développement.

Rufino d’Almeida a fait ces annonces dans le cadre d’un séminaire national sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle et a déclaré que l’équipe du président béninois Patrice Talon s’est engagé à atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) et ce, avant 2030. Il s’agit et plus particulièrement d’éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable. D’où une démarche précisée par Rufino d’Almeida, qui consiste en un « examen stratégique national de la sécurité alimentaire et de la nutrition » appelé « Faim Zéro ».

« Cet exercice vise à identifier les lacunes des interventions antérieures et les défis à relever en matière de sécurité alimentaire et nutritionnelle à l’effet de faciliter les progrès vers l’élimination de la faim au Bénin », a insisté Rufino d’Almeida.

D’autres initiatives pour atteindre l’objectif de « Faim Zéro » sont à l’ordre du jour. Ainsi un Programme national d’alimentation scolaire intégrée (PNASI) a été lancé en avril. « Ce programme national d’alimentation scolaire intégrée, qui s’inscrit dans la vision du gouvernement à promouvoir la scolarisation des enfants et leur maintien dans le système éducatif, en particulier les filles, devrait contribuer à terme à l’atteinte de l’Objectif de développement durable (ODD) 2 relatif à la ”faim zéro” », annonce le ministère béninois de l’enseignement maternel et primaire.

Rufino d’Almeida se félicite des diverses initiatives mais pour autant estime que le chemin à parcourir est en encore long. « De 5,2% en 2011, le taux d’émaciation modérée et sévère est tombé à 4,6% en 2014. Près de 45% des décès des enfants de moins de cinq ans sont dus à la malnutrition. Les enfants souffrant d’émaciation sévère ont un risque de mortalité d’environ 11,6 fois plus élevé par rapport aux enfants normaux » a fait remarquer le représentant du gouvernement.

Ainsi, il a fait remarquer que la malnutrition chronique est passée de 32% en 2011 à 34,4% en 2014 « Malgré les efforts réalisés depuis plusieurs années dans la mise en œuvre des politiques de développement, l’insécurité alimentaire et nutritionnelle demeure encore un défi majeur à relever au Bénin », a ainsi martela le directeur de cabinet du ministère béninois du Plan.

Source : La Tribune Afrique

 

 

 

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest a fait savoir que la liquidité propre des banques de l'Union économique et monétaire ouest-africaine s'est améliorée au cours du mois d'août 2018. La liquidité est à hauteur dorénavant de 43,8 milliards de francs CFA.  La bonne performance relevée par la...
Afin d’affermir la cote et le statut du label du coton ivoirien au niveau international est créé un centre de classement du coton en conformité avec les standards internationaux.  La création d’un centre de classement du coton en conformité avec les standards internationaux devrait permettre au coton ivoirien de monter...
Le ministre français des Affaires étrangères s'est rendu mercredi à Jacqueville afin de faire le point sur la future académie internationale antiterroriste, cofinancée par la France et la Côte d'Ivoire. Cette dernière, destinée bien sûr à renforcer la coopération franco-ivoirienne, favorisera à terme l'émergence de nouvelles troupes capables de sécuriser...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter