Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
L’Afrique de l’Ouest se dote d’une nouvelle zone économique

Trois pays ont décidé de la création d’une nouvelle zone économique, un nouvel espace dont l’ambition est de dynamiser l’agriculture des trois pays que sont le Mali, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire. Naissance de la ZES.

C’est en janvier 2012 que le Mali, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire avaient conclu un accord afin de renforcer leur coopération économique. De ces accords est née la zone économique spéciale (ZES) couvrant ainsi le Mali, le Burkina et la Côte d’Ivoire. Les Premiers ministres des pays de chacun des pays membres de l’accord, Soumeylou Boubèye Maïga, Paul Kaba Thiéba et Amadou Gon Coulibaly ont ainsi négocié et identifié le périmètre de la zone économique spéciale ; à savoir les régions de Sikasso au Mali, de Bobo-Dioulasso au Burkina et de Korhogo en Côte d’Ivoire.

Les objectifs de cet accord sont ambitieux. Il s’agit de créer « un environnement propice » au développement économique de cette région frontalière en encourageant « la création et le renforcement de projets industriels publics et privés », a déclaré le ministre malien des Finances Boubou Cissé lors de la présentation de l’accord. Pour rendre le projet opérationnel la ZES est construite selon « un cadre juridique plus avantageux pour les entreprises que dans le reste des pays », ainsi que « des lois économiques plus libérales, et donc plus avantageuses » précise un communiqué du gouvernement malien. Les lois économiques seront donc plus « souples » qu’ailleurs afin de favoriser l’émergence d’une zone économique dense.

A noter que le projet bénéficie du soutien financier de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement (BAD). Les dirigeants de ces trois pays d’Afrique de l’Ouest ne s’y sont pas trompés, cette région présente un fort potentiel tant agricole que minier. En dépit de son potentiel et ses richesses, la zone de Sikasso reste pauvre et touchée par la malnutrition infantile. Et ce à tel point que la situation est appelée « le paradoxe de Sikasso ».

Il s’agit donc d’injecter du carburant dans le moteur de ce futur « triangle d’or » permettant très rapidement le développement de l’agrobusiness. L’agrobusiness prendra appui sur les diverses cultures présentes en Côte d’Ivoire que sont les cultures de coton, anacarde, maïs, igname, riz et tabac. Elles pourront servir de rampe de lancement à une dynamisation des agro-industries futures de la région.

Source : Le Point Afrique

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Après 3 mois d'arrêt en raison de la pandémie Covid-19, l'aéroport de la capitale libérienne (Monrovia-Roberts) va reprendre progressivement son activité. Le premier vol en direction de Bruxelles (Belgique) a d'ailleurs eu lieu lundi 29 juin. Dans les faits, "tous les voyageurs devront justifier d’un test effectué avant leur départ...
Une plateforme intitulée “African Women in Digital Leadership” a vu le jour en début d'année en Afrique du Sud. De quoi permettre aux femmes de s’inscrire durablement dans le marché numérique local. Selon le site Afrik, d’autres pays africains vont aussi pouvoir profiter de ce précieux outil. En l’état, il...
Dominique Nouvian Ouattara, très engagée dans la lutte contre le travail des enfants dans l’industrie du cacao, en Côte d’Ivoire, a fustigé les conclusions d’un rapport à paraître de NORC, un institut de recherche américain basé à Chicago. C’est un rapport qui, avant même d’être publié, ne passe pas. Le NORC,...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter