Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria : le parlement adopte un budget de relance économique d’un montant de 30 milliards de dollars

Il aura nécessité plus de 6 mois de retard pour que président nigérian voit le budget de son gouvernement adopté. Le parlement a donné cette semaine son accord pour un budget de dépenses de 29,8 milliards de dollars.

 Le budget de l’Etat nigérian sera donc de 29,8 milliards de dollars (9,12 trillions de nairas) pour 2018 et permettra de stimuler la croissance économique du Nigéria, déjà considéré comme l’un des forces économiques de l’Afrique de l’Ouest ; et à neuf mois de la prochaine élection présidentielle. Ce budget devrait soutenir les actions et réalisations du président Buhari, alors que celui-ci devrait briguer un second mandat.

Le Nigéria est en pleine sortie de crise économique causée par le krach pétrolier de 2014. Ce fut sa première récession en 25 ans. Le pays a du également faire face à des attaques ciblant les installations énergétiques dans la région du Delta alors même que la vente de pétrole représente les deux tiers des recettes publiques du gouvernement. Le Nigéria sort donc d’une période de fragilités et le budget voté devrait garantir le retour du dynamisme du pays. En effet le budget voté est supérieur au budget de 8,6 trillions de nairas présenté au parlement par le président Muhammadu Buhari en novembre dernier. Le budget doit être paraphé par Buhari sous peu.

La différence entre le montant envisagé et le budget voté s’explique par les évolutions des cours du pétrole qui s’élève à 51 dollars le baril versus 45 dollars au moment du début de la négociation budgétaire. Le mode de calcul du budget est ainsi dépendant du cours du pétrole et se base sur un taux de production de brut de 2,3 millions de barils par jour et un taux de change de 305 nairas pour un dollar.

Le pouvoir exécutif prévoit d’utiliser 2,2 trillions de nairas alloués au remboursement de la dette et à la réduction du déficit de 1,73% du PIB à horizon fin 2018. Muhammadu Buhari élu en 2015 a tout intérêt à ce que le budget serve ses ambitions de renouvellement de mandat. Les résultats de sa gestion devraient peser dans la campagne présidentielle à venir. Les résultats du président seront scrutés. Les budgets adoptés par Buhari depuis sa prise de fonctions en mai 2015 sont des budgets importants et certainement les plus élevés que le Nigéria ait connus.

Pour autant, les économistes sont sceptiques et mettent en cause les investissements qu’ils jugent insuffisants en matière d’infrastructure. Les budgets alloués à la défense font également débat alors que les forces de sécurité fédérales doivent toujours faire face à Boko Haram et qu’il est nécessaire sécuriser la zone pétrolière du Delta.

Source : La Tribune Afrique

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Banque centrale hausse le ton en Mauritanie et ambitionne de faire respecter la loi en vigueur sur les transferts d’argent, loi qui existe depuis 12 ans. Les prestataires de transfert d'argent en Mauritanie ont quinze jours pour régulariser leur situation vis-à-vis de la Banque centrale de Mauritanie, sous peine...
La Délégation de l'entreprenariat rapide est en marche. Cette délégation consiste en un mécanisme de financement de l'auto-emploi pour les femmes et les jeunes, Le 6 août, le président sénégalais Macky Sall a remis aux 15 000 bénéficiaires des premiers financements pour un montant global de 10 milliards de Fcfa....
Les 4,5 milliards de levée de fonds prévue par la Banque mondiale, sont destinés à l’investissement dans le développement des infrastructures routières, ferroviaires, dans l'aéroportuaire et le secteur de l'électricité.  La Banque mondiale a annoncé ses prévisions et envisage de lever 4,5 milliards de dollars pour le Nigeria dans les...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter