Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Ibrahim Boubacar Keïta a-t-il échoué à réduire l’insécurité au Mali ?
Ibrahim Boubacar Keïta

Selon Soumaïla Cissé, le candidat de l’opposition à la présidentielle du Mali, organisée en juillet prochain, le président actuel, Ibrahim Boubacar Keïta, a échoué à endiguer la violence et l’insécurité dans le pays.

Au Mali, où doit se tenir, en juillet prochain, l’élection présidentielle, les projecteurs sont braqués sur la question sécuritaire, alors que le pays fait face, selon Amnesty International, à une recrudescence des actes de violence de la part des groupes djihadistes comme de l’armée.

L’organisation, en avril dernier, affirmait effectivement avoir « constaté une multiplication des attaques lancées contre des civils par des groupes armés, notamment Ansar Dine et le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), et a pu vérifier que 65 personnes, dont des enfants, avaient été tués par des explosifs improvisés depuis le début de l’année. » Mais « les militaires qui combattent les groupes armés ont aussi commis des crimes de droit international, notamment des exécutions extrajudiciaires, des disparitions forcées et des arrestations arbitraires. »

Le 21 février dernier, par exemple, lors d’un baptême dans le village de Daresalam, des soldats ont arrêté neuf hommes et les ont emmenés « dans un endroit inconnu » selon le communiqué d’Amnesty International. « On est sans nouvelles de ces hommes depuis lors, bien que leurs familles aient tenté d’obtenir des informations auprès des autorités, qui ont diligenté une enquête. »

« Promesses non tenues »

Pour Gaëtan Mootoo, chercheur au sein du département Afrique de l’Ouest d’Amnesty International, « on constate une insécurité grandissante dans le nord et le centre du pays, où les civils sont coincés entre les soldats et les groupes armés. Dans le nord, la ville de Kidal est ainsi occupée par un groupe armé. A Tombouctou et Gao, l’administration malienne est présente. Mais autour règne l’insécurité. Laquelle gagne aussi le centre du pays. » Et si le sud du Mali est, pour l’instant, « plus calme », selon lui, « il n’est pas à l’abri d’attaques ».

L’embrasement par petites touches du pays sahélien constitue-t-il un échec cuisant de la mission française Barkhane, lancée en 2014 et visant à lutter contre les groupes armés djihadistes dans la région ? Difficile à dire, selon Gaëtan Mootoo, qui pointe par ailleurs du doigt l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, signé en 2015, qui tarde à être appliqué selon lui. « On attend toujours la réouverture des écoles, la mise en place de patrouilles mixtes, ainsi que l’installation d’une commission d’enquête sur les exactions » renseigne-t-il par exemple.

Globalement, et c’est là que le bât blesse, « le problème sécuritaire n’a pas été réglé ». En cause, notamment : la gouvernance du Mali, critiquée par beaucoup, à l’intérieur comme à l’extérieur des frontières. Outre le Conseil de sécurité des Nations unies (ONU), Soumaïla Cissé, le président de l’Union pour la République et la démocratie (URD), a ainsi fustigé, en février dernier, les « promesses non tenues sur le plan de la sécurité, du retour de la paix, de l’amélioration des conditions de vie et de l’emploi des jeunes » notamment.

« La solution ne se trouve pas qu’à Bamako »

Le candidat de l’opposition à la présidentielle malienne d’affirmer également que « sur le plan sécuritaire en 2017, au moins 700 personnes ont été tuées au cours d’une centaine d’incidents ». Ce qui en fait l’année la plus meurtrière depuis qu’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) est au pouvoir, selon Tiebilé Dramé, ancien ministre des Affaires étrangères, qui avait négocié l’accord de cessez-le-feu de juin 2013 avec les groupes armés du nord-Mali.

Et « ce que les dirigeants de l’État malien n’ont pas pu faire en quatre et demi [rétablir une concorde nationale et endiguer la violence grimpante, ndlr] on voit mal comment ils vont le faire dans les six mois qui nous séparent de la fin du mandat. Je crois que la situation est suffisamment dégradée » affirmait-il en janvier dernier. Quelques semaines avant la tenue du scrutin national, difficile de lui donner tort, donc.

Une question, dès lors, demeure : quelles réponses pourrait apporter Soumaïla Cissé, s’il est élu, à la question sécuritaire ? « La solution ne se trouve pas qu’à Bamako, la solution se trouve aussi à l’intérieur du pays, dans les villages » affirmait l’intéressé il y a quelques jours. « Les groupes se radicalisent d’un côté et de l’autre et il nous paraît aujourd’hui indispensable que le chef de l’État s’adresse à la nation, que le chef de l’État réunisse l’ensemble des forces vives et que nous puissions en parler pour trouver une solution. » Parlait-il alors d’IBK ou de lui-même ?

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter