Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
La Côte d’Ivoire envoie 450 casques bleus supplémentaires pour soutenir l’opération de maintien de la paix au Mali

Le ministre ivoirien des affaires étrangères, Marcel Amon Tanoh, qui a déclaré être en discussion avec les Nations unies, pour envoyer 450 soldats supplémentaires en soutien à l’opération de maintien de la paix au Mali.

Après la rencontre les 10 et 11 mai entre Ibrahim Boubacar Keita (IBK), et le président du Mali et Alassane Dramane Ouattara le président ivoirien ; celui-ci a annoncé la décision de son gouvernement de porter le contingent militaire du pays dans la force de l’ONU au Mali à 600 soldats.

« Nous avons saisi les Nations unies pour que la Côte d’Ivoire puisse accroître sa contribution à la MINUSMA », a déclaré Alassane Dramane Ouattara lors d’une conférence de presse.

Le président ivoirien s’est montré préoccupé par la situation difficile sahélienne et déterminé à aider le Mali.Le nombre de casques bleu ivoiriens est à l’heure actuelle de 150 casques bleus qui sont positionnés à Tombouctou au Mali et ce depuis un an. Le président ivoirien compte renforcer le contingent présent en déployant 450 hommes supplémentaires.

Le projet avait été déjà évoqué par le ministre ivoirien des affaires étrangères, Marcel Amon Tanoh qui avait annoncé à l’ONU que son pays réfléchissait au nombre de soldats ivoiriens qui viendrait augmenter les effectifs des casques bleus en Centrafrique. Marcel Amon Tanoh a ainsi confirmé jeudi, l’annonce du chef d’Etat ivoirien. Le ministre ivoirien des affaires étrangères a précisé que les 450 soldats ivoiriens supplémentaires viendraient grossir les rangs des 900 hommes supplémentaires que le Conseil de sécurité des Nations Unies avait autorisés à l’automne 2017. Et ce afin renforcer la force de l’ONU en Centrafrique.

La Côte d’Ivoire et le Mali ont également lors de la rencontre du 12 mai pris la décision de renforcer leur coopération judiciaire dans la lutte contre le terrorisme. L’accord concerne plus particulièrement les personnes suspectées d’actes liés au terrorisme. Un texte a été signé entre les deux pays posant les bases d’une nouvelle coopération judiciaire entre les deux pays. La crise sécuritaire dans la région liée au terrorisme islamique est la principale motivation de cette nouvelle coopération judiciaire.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’opposition a animé une conférence de presse, hier lundi 26 octobre, à quelques jours de la tenue du scrutin présidentiel prévu le 31 octobre. Nous vous proposons ci-dessous les propos liminaires de Pascal Affi N’guessan, le porte-parole de la plateforme des partis politiques de l’opposition. Chers amis de la presse, Mesdames et...
Le gouvernement qualifie les récents épisodes de violence d ’ « incidents d'une extrême gravité ». Le pays s’enfonce dans une crise préélectorale. Les affrontements se sont déroulés à Dabou,à 50km d’Abidjan. On déplore 16 morts et 67 blessés, selon un nouveau bilan du gouvernement. Le département de Dabou a été...
Depuis quinze jours, la situation au Nigeria ne cesse d’empirer. Les violences concernent outre Lagos la capitale, plusieurs autres États.  Le Nigeria est le théâtre de violences, exactions, pillages alors que le mouvement de contestation populaire initial se transforme en une lutte contre le pouvoir. L’engrenage poursuit son œuvre dans...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...