Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
La Côte d’Ivoire envoie 450 casques bleus supplémentaires pour soutenir l’opération de maintien de la paix au Mali

Le ministre ivoirien des affaires étrangères, Marcel Amon Tanoh, qui a déclaré être en discussion avec les Nations unies, pour envoyer 450 soldats supplémentaires en soutien à l’opération de maintien de la paix au Mali.

Après la rencontre les 10 et 11 mai entre Ibrahim Boubacar Keita (IBK), et le président du Mali et Alassane Dramane Ouattara le président ivoirien ; celui-ci a annoncé la décision de son gouvernement de porter le contingent militaire du pays dans la force de l’ONU au Mali à 600 soldats.

« Nous avons saisi les Nations unies pour que la Côte d’Ivoire puisse accroître sa contribution à la MINUSMA », a déclaré Alassane Dramane Ouattara lors d’une conférence de presse.

Le président ivoirien s’est montré préoccupé par la situation difficile sahélienne et déterminé à aider le Mali.Le nombre de casques bleu ivoiriens est à l’heure actuelle de 150 casques bleus qui sont positionnés à Tombouctou au Mali et ce depuis un an. Le président ivoirien compte renforcer le contingent présent en déployant 450 hommes supplémentaires.

Le projet avait été déjà évoqué par le ministre ivoirien des affaires étrangères, Marcel Amon Tanoh qui avait annoncé à l’ONU que son pays réfléchissait au nombre de soldats ivoiriens qui viendrait augmenter les effectifs des casques bleus en Centrafrique. Marcel Amon Tanoh a ainsi confirmé jeudi, l’annonce du chef d’Etat ivoirien. Le ministre ivoirien des affaires étrangères a précisé que les 450 soldats ivoiriens supplémentaires viendraient grossir les rangs des 900 hommes supplémentaires que le Conseil de sécurité des Nations Unies avait autorisés à l’automne 2017. Et ce afin renforcer la force de l’ONU en Centrafrique.

La Côte d’Ivoire et le Mali ont également lors de la rencontre du 12 mai pris la décision de renforcer leur coopération judiciaire dans la lutte contre le terrorisme. L’accord concerne plus particulièrement les personnes suspectées d’actes liés au terrorisme. Un texte a été signé entre les deux pays posant les bases d’une nouvelle coopération judiciaire entre les deux pays. La crise sécuritaire dans la région liée au terrorisme islamique est la principale motivation de cette nouvelle coopération judiciaire.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

 Le président chinois Xi Jinping en visite a Dakar renouvelle la volonté de son pays de nouer des partenariats économiques solides en Afrique.  En 20 ans l’Afrique est devenue l'un des partenaires économiques stratégiques de la Chine. La Chine entend affermir ses positions sur le continent. Et c’est bien le...
Le Nigéria annonce l'ouverture par le sénat d'une enquête sur les «anomalies» dans le renouvellement des contrats pétroliers. C’était l’un des arguments de campagne de Muhammadu Buhari en 2015 qui avait promis d’assainir le secteur pétrolier, souffrant de rumeurs de corruption.  Le Sénat avait récemment fait lecture d'une motion du...
Le Ghana s’attend à une hausse de son PIB de 40% dès septembre 2018. Les statistiques sont favorables et optimistes et l’on attend un réel décollage du PIB suite à l’opération de révision de ses données de production économique en septembre. C’est une annonce officielle le 18 juillet de la part...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter