Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mali : Minusma et Barkhane cibles d’une attaque inédite

Ce samedi 14 avril, les camps de la Mission des Nations unies au Mali (Minusma) et celui de la force française Barkhane ont été attaqué. Un casque bleu a été tué. Au moins sept autres sont blessés alors que quinze assaillants ont été tués.

C’est à une attaque complexe et sans précédent » qu’ont du faire face la Minusma et la force française Barkhane, à 14h heure de Tombouctou. Les assaillants ont tiré des roquettes contre le camp de Minusma et de Barkhane puis ont ensuite lancé plusieurs véhicules piégés, des véhicules-suicide, à des points différents du camp. Les modalités d’intervention des assaillants étaient inconnues jusqu’à ce jour. En effet, les procédés utilisés sont inédits alors que  les assaillants ont utilisé au moins un véhicule estampillé UN. Certains assaillants portaient, selon les sources officielles, des casques bleus. Les attaques furent longues. Les échanges de tirs ont duré plus de quatre heures. « Les assaillants étaient organisés et déterminés. Ils ont tenu. Ils n’ont pas fui le combat », explique le porte-parole de l’opération française. Selon Andrew Lebovich, chercheur associé au sein du think-tank ECFR (Conseil européen des relations internationales), « ce qui parait assez unique » dans cet attentat, c’est que ses auteurs ont « rassemblé et ont utilisé plusieurs tactiques à la fois », mélangeant tirs de mortiers et emploi de camions piégés.

Bien qu’ayant innové, les assaillants ont été mis en échec. « Malgré tout, notre système de défense a fonctionné » a déclaré une source de la Minusma. En effet « le bilan aurait pu être plus lourd » est-il précisé du côté de Barkhane. Ce que confirme Amadou Koïta, porte-parole du gouvernement malien, qui « salue l’engagement des forces françaises et de la Minusma pour leur réaction rapide, qui a permis de neutraliser ces forces terroristes ».

Le porte-parole « condamne avec la dernière rigueur » l’attaque et renouvelle sa détermination. Le Mali « reste engagé dans la lutte contre le terrorisme ». Amadou Koïta infirme l’éventuelle aggravation de la situation sécuritaire du pays et confirme que Bamako « est en train de reconstruire l’armée malienne, qui monte en puissance ».

Source : RFI Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans une communication publiée sur sa page Facebook, vendredi 20 novembre, Henri konan Bédié, le président de la coordination des partis politiques de l'opposition, regroupés au sein du Conseil National de Transition (CNT), annonce la suspension du dialogue avec Alassane Ouattara. « Nous avons engagé le combat, à la demande de toutes les...
Élu au premier tour avec 94,27% des voix, à l’issue d’une élection présidentielle boycottée par une partie de la population, Alassane Ouattara  invite l’opposition au dialogue alors que ses adversaires contestent la légitimité de son élection. Sous la houlette de Henri konan Bédié, les groupements de l’opposition, réunis au sein du Conseil...
Alors que le niveau de contamination reste très faible sur le continent, les pays se préparent à affronter une deuxième vague.  L’Afrique en cette période de pandémie mondiale semble montrer que le continent est moins atteint que le reste du monde. Neuf mois après l’apparition du Covid-19 en Afrique, le continent fait...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...