Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Cap Vert : nomination d’une équipe dédiée à la Zone économique spéciale de l’économie maritime

Depuis ce week-end on connaît l’équipe qui doit gérer la Zone économique spéciale de l’économie maritime. A sa tête l’économiste et diplomate José Correia, qui accompagnera le mouvement dynamique de la Zone dont la Chine est un partenaire majeur.

La Zone économique spéciale de l’économie maritime (ZEEEM) au Cap-Vert a dorénavant une équipe de coordination qui lui est dédiée. est connu. On attend beaucoup au Cap-Vert de cette zone, envisagée comme un booster de l’économie du pays. La ZEEEM est située sur l’île de Sao Vicente ; la Chine en est un partenaire stratégique majeur. Et ainsi son dirigeant est José Correia, le président de l’Association d’Amitié Cap-Vert-Chine (AMICACHI). C’est en Conseil des ministres sur l’économie maritime, que les décisions quand à l’équipe dirigeante ont été prises. Ces nominations s’inscrivent dans la «profonde restructuration et réforme» en cours du secteur. La mission de José Correia, est de donner une une «importante impulsion» à la structuration du Cap-Vert et de l’île de São Vicente pour l’économie maritime. Les ressources de l’économie maritime au Cap-Vert sont nombreuses et encore insuffisamment exploitées.

Le Conseil des ministres capverdien a également approuvé un décret sur la création du système national de recherche et de sauvetage du Cap-Vert. Selon toutes vraisemblances, ce système doit permettre de transformer le pays en plateforme spécialisée pour l’économie maritime. Il s’agit ainsi d’asseoir la «crédibilité et assurance» de toute la côte, la mer et la zone économique exclusive de l’archipel. Le décret du gouvernement doit permettre d’adapter le système actuel de recherche et de sauvetage aux conventions internationales de l’aviation civile, à la recherche et au sauvetage en mer et à la sauvegarde de la vie en mer.

Ces nouvelles dispositions permettant au projet de l’archipel cap-verdien de développer son économie maritime et de mettre en place une base logistique pour soutenir les activités halieutiques, font suite au projet et réflexions initiées en 2016. Il y a deux ans déjà Chinois et Cap-Verdiens s’étaient rencontrés lors d’une réunion bilatérale en marge du forum lusophone de Macao en 2016 pour évoquer l’aménagement d’une politique de l’économie maritime.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter