Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria et Cambridge Analytica : une enquête est ouverte

Les autorités fédérales du décident à leur tour d’ouvrir une enquête sur les activités du cabinet Cambridge Analytica, rejoignant ainsi les pays qui formulent des soupçons quand aux comportements de l’entreprise britannique.

Deux sujets d’interrogation motivent Abuja dans la volonté de poursuivre Cambridge Analytica : le groupe est soupçonné d’avoir manipulé les élections de 2007 et 2015 pour le compte du Parti Démocratique populaire. Et la formation politique elle-même, qui est soupçonnée de détournement de fond lors de sa période au pouvoir. Le gouvernement nigérian n’exclut pas que des poursuites pénales soient engagées en fonction des résultats de l’enquête et compte tenu de la possible « implication inappropriée » du cabinet de conseil politique lors des élections de 2007 et 2015.

Abuja a simultanément mis en place un comité interne missionner pour identifier et analyser les les opérations menées par Cambridge Analytica pour le compte du Parti démocratique populaire (PDP). Rappelons que le PDP était le parti au pouvoir à l ‘époque. Le comité doit identifier si les actions du cabinet britannique ont porté atteinte aux « droits des autres partis et de leurs candidats ». Les autorités nigérianes formulent des doutes sur les données personnelles du candidat de l’opposition de la période 2007-20015 et actuel président Muhammadu Buhari, craignant que celles-ci aient été piratées. L’hypothèse envisagée est que Cambridge Analytica aurait fait appel à des hackers israéliens pour mener des cyber-attaques contre Buhari pendant la dernière campagne présidentielle.

Ainsi en organisant « des rassemblements anti-électoraux visant à démoraliser », les électeurs de l’opposition, la Cambridge Analytica aurait manipulé l’opinion, en organisant des campagnes ciblées. Le comité interne doit identifier également si les exactions et violences qui ont émaillés les présidentielles de 2007 et 2015 sont des conséquences des activités de désinformation qu’aurait orchestré Cambridge Analytica. Le PDP fait dans le même temps l’objet d’une enquête pour un détournement présumé de 3 milliards de dollars. Une liste de 29 suspects où figurent d’anciens ministres, des sécuritaires, des parlementaires, des percepteurs d’impôts ou encore des hauts fonctionnaires a été dressée. « Le gouvernement ne se reposera pas tant que ceux qui ont pillé le trésor public n’auront pas été traduits en justice « a déclaré avec fermeté l’exécutif.

En guise de riposte, le parti d’opposition a affirmé qu’il détenait lui aussi une liste de dirigeant du parti au pouvoir coupables de détournement.

Source : La Tribune Afrique

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le 11 décembre le gouvernement sénégalais a signé un accord conjoint avec le Bureau international du Travail (BIT) et les partenaires sociaux les organisations d'employeurs et de travailleurs. L’objet de l’accord est le nouveau Programme Pays pour le Travail décent. Le Sénégal a décidé de formaliser sa lutte contre le...
Alors que le Cameroun s'est vu retirer l'organisation de la CAN 2019 pour des raisons de retards logistiques, techniques et financiers, la Confédération africaine de football (CAF) a décidé en contrepartie que la CAN 2021, promise à la Côte d'Ivoire, sera finalement organisée... par le Cameroun. Abidjan devra en conséquence...
Régulièrement victime d’inondations catastrophiques, la capitale mauritanienne dispose désormais d'un dispositif d’assainissement des eaux digne de ce nom. De quoi limiter les impondérables et surtout fournir la population avec efficacité. Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, a coupé vendredi 30 novembre le ruban du premier réseau d’assainissement moderne de...
TRIBUNES LIBRES
« La critique est aisée, mais l’art est difficile » a-t-on coutume...

S’inscrire à la Newsletter