Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mauritanie : la justice hausse le ton sur l’esclavagisme
Mauritanie esclavage IRA

C’est n’est pas un secret, la Mauritanie est souvent décriée pour sa gestion calamiteuse de la problématique esclavagiste qui ronge le pays. Et cela, malgré son abolition en 1981 et le vote d’une loi en 2015 érigeant ce fléau au rang de crime contre l’humanité. 

Pire, de façon totalement incompréhensible, ce sont le plus souvent les militants anti-esclavagistes qui subissent le courroux de la justice locale. En août 2016, des activistes de l’IRA, une ONG luttant pour la résurgence du mouvement abolitionniste (non reconnue par l’exécutif), ont ainsi écopé de trois à quinze ans de prison en raison d’actes de violence présumés perpétrés à l’encontre des forces de l’ordre lors d’une manifestation dans la capitale, quelques jours plus tôt.

Vous en conviendrez, ce sujet est particulièrement tabou sur le territoire. Un leitmotiv que condamne avec vigueur Alioune Tine, directeur d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale : “C’est bien simple, les lois n’ont pas d’application adéquate. Ces dernières n’ont (finalement) aucune incidence sur la vie des gens”, pestait-il alors dans un récent rapport de l’organisation.

Vers moins de laxisme ?

Toutefois, Nouakchott pourrait commencer à tirer les leçons du passé puisque “la cour criminelle de Nouadhibou (nord du pays) a condamné mercredi, et cela dans deux affaires distinctes, une femme et un homme, respectivement à 10 ans et à 20 ans de prison ferme pour esclavagisme”, relaie RFI.

Le pouvoir judiciaire mauritanien n’était en effet jamais allé aussi loin en la matière. Et pour cause, “la justice se contentait jusqu’ici d’infliger (aux contrevenants) des peines allant de 2 à 5 ans de prison, souvent avec sursis”, ajoute le média.

De là à voir une vraie inversion de tendance se propager dans cet épineux dossier, il y a tout de même plus qu’un pas…

Crédit photo : Pixabay

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Depuis la découverte du premier cas de Coronavirus 2019 (COVID-19) le 11 mars 2020, le président Alassane Ouattara s’est adressé solennellement et pour la première fois à ses concitoyens, lundi 23 mars 2020 à la Radio-télévision ivoirienne (RTI). À cette date, la Côte d’Ivoire avait enregistré officiellement 25 cas de...
Le 5 mars dernier, à Yamoussoukro, le président de la Côte d’Ivoire Alassane Ouattara a annoncé, devant les parlementaires réunis en Congrès, qu’il ne se présenterait pas à l’élection présidentielle de 2020. Ce tournant historique dans l’histoire de la Côte d’Ivoire a été motivé par une volonté de « transférer le...
Après le premier cas de Coronavirus 2019 (COVID-19) survenu le 11 mars 2020, le pays a enregistré trois autres cas le 14 mars 2020 et 2 nouveaux cas positifs le 16 mars 2020, portant le nombre total à six cas confirmés. Appuyée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter