Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Gambie-Sénégal : le futur pont symbolise le rapprochement entre les deux Etats
Pont Sénégal Gambie

Alors que l’ex-leader gambien, Yahya Jammeh, s’était toujours opposé à la construction d’un pont reliant la Gambie au Sénégal au niveau de la région de Casamance, l’élection d’Adama Barrow fin 2016 a permis de rouvrir ce dossier. 

Nous avons attendu ce pont depuis des décennies. Et là, le voir se réaliser, nous ne pouvons qu’applaudir des deux mains”, s’est ainsi félicité mardi le président sénégalais, Macky Sall. Et cela, à l’occasion de la première session de l’année du Conseil présidentiel sénégalo-gambien, lancé en 2017 par les deux pays lors de la première visite à Dakar d’A. Barrow. Ce dernier doit en effet se tenir par alternance tous les six mois en Gambie et au Sénégal.

Ce pont symbolise ainsi un net rapprochement entre Banjul et Dakar, estime de son côté Fosar Souané, conseiller technique au ministère sénégalais de l’Economie solidaire et de la micro-finance :

Les tensions politiques qu’il y a entre les deux gouvernements laissent des traces au niveau des populations. Ce pont va donc non seulement renforcer les connections entre les deux gouvernements, mais aussi entre les deux peuples”, surligne l’intéressé.

Un commerce bilatéral dynamisé 

De ce fait, si le lien social s’en trouve renforcé, il est en parallèlement de même pour le commerce bilatéral, ajoute Abdoulaye Seck, enseignant à l’université Cheikh Anta Diop de la capitale :

“Cela va effectivement constituer un rapprochement important étant donné que les acteurs économiques pourront se déplacer rapidement d’une zone à l’autre avec un coup relativement moindre.”

Pour rappel, l’édifice intitulé Farafenni (du nom de la ville éponyme) devrait voir le jour dans sept mois au-dessus du fleuve Gambie.

Source : DW

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abou Musab Al-Barnaoui, le chef du groupe djihadiste nigérian Iswap, affilié au groupe État islamique (EI), Abou Musab Al-Barnaoui, est mort ; selon l’annonce de l’armée nigériane. Abou Musab Al-Barnaoui le chef du groupe djihadiste nigérian Iswap, était à la tête de la Province ouest-africaine de l’EI, groupe djihadiste né en 2016...
En compétition, dix-sept longs-métrages pour l’Etalon d’or du Yennenga.  Au Burkina Faso se déroule actuellement le plus grand festival de cinéma d’Afrique prénommé « le Festival panafricain de cinéma et de télévision de Ouagadougou » (Fespaco). Le festival se déroule cette année dans un contexte singulier, alors que le pays subit...
Emmanuel Macron veut un véritable changement dans les rapports entre la France et les pays africains qu’elle a colonisés. Mais le paternalisme français perdure et en dépit de sa bonne volonté affichée, la « rupture du cordon ombilical », de plus en plus réclamée sur le continent africain, tarde à se...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...