Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : l’écosystème des PME à l’étude pour le développement du secteur privé

La Banque africaine de développement a débloqué le financement d’une étude sur l’écosystème des petites et moyennes entreprises ivoiriennes (TPME), et ce à hauteur d’un montant de enveloppe de 200 millions de francs CFA.

 Cette étude doit permettre d’identifier les points de force et de faiblesse du aillage ivoirien des petites et moyennes entreprises de la Côte d’Ivoire, grâce à des données exhaustives et actualisées. On estime à quelque 4 000 PME et PMI qui occupent aujourd’hui près de 23% de l’ensemble des salariés du secteur privé formel du pays. L’«Etude sur le secteur privé ivoirien et le financement des PME et TPE», a pour objectif d’accroître les performances du secteur privé ivoirien. La méconnaissance du secteur et l’approximation des données freinaient jusqu’à maintenant le financement des TPE. L’étude permise par le budget alloué par la BAD, doit pouvoir identifier les opportunités et les défis du secteur privé ivoirien.

«Cette étude permettra d’obtenir des informations précises et quantifiées ainsi que des analyses portant sur l’impact des actions et réformes entreprises par la BAD, le gouvernement ivoirien et les autres partenaires», a déclaré Sibry Tapsoba, directeur du Bureau de coordination des États en transition du groupe de la BAD.

Les résultats et recommandations, fruits de l’étude seront communiqués à l’État ivoirien pour action. Des propositions de réorganisation du tissu entrepreneuriale seront soumises afin d’atteindre les objectifs formulés en amont de la démarche : affermir le secteur privé. «L’analyse de ces informations devra déboucher sur des recommandations précises et un plan détaillé visant à améliorer le développement du tissu entrepreneurial local, l’accès à l’emploi, à la formation et au financement de segments de PME traditionnellement marginalisées», a précisé Sibry Tapsoba.

En effet, l’État ivoirien souhaite accélérer sur le sujet et réduire les fragilités qui freinent les potentialités du secteur. Les PME doivent participer beaucoup plsu largement à la croissance de l’économie. A ce jour, les quelques 4 000 PME et Petites et Moyennes Industries (PMI) contribuent à seulement 18% en moyenne à la valeur ajoutée nationale et emploient près de 23% de l’effectif du secteur privé formel.

Source : La Tribunes Afrique

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Togo en dépit des crises multiples qu’elle subit, accumule les performances et réalise des progrès dans les secteurs économiques. Classé 137ème au du classement général Doing Business de la Banque mondiale (BM), le Togo gagne 19 points. Le pays est classé en seconde position des «Top Perfomer» en Afrique...
Accra a vu naître la semaine dernière la bourse ghanéenne des matières premières. C’est la première en son genre en Afrique de l’Ouest. L’objectif est de garantir aux agriculteurs l’accès aux marchés, d’assurer la stabilité des prix, et améliorer la productivité du secteur agricole.  C’est le président lui-même, Nana Akufo-Addo...
Face à l'attentisme et au cynisme du gouvernement mauritanien - dont les efforts pour éradiquer l'esclavage sur le territoire restent mineurs - les Etats-Unis ont décidé de sanctionner le pays sur le plan économique. Et de supprimer son statut de partenaire commercial privilégié en Afrique à compter du 1er janvier 2019....
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter