Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
La Gambie tourne la page du remède miracle anti-HIV de Yahya Jammeh
Sida HIV Gambie Jammeh

Si l’ex-président gambien, Yahya Jammeh, a souvent été décrié pour sa politique loin des idéaux démocratiques classiques, un autre volet de la stratégie du prédécesseur d’Adama Barrow reste méconnu du grand public international. Il s’agit d’un remède anti-sida “miracle” instauré dès 2007 par l’intéressé à destination des séropositifs vivant dans le pays (1% de la population). 

Malheureusement, cette décision totalement folle a poussé les organisations et institutions de santé à traiter les malades de façon conventionnelle via un circuit un peu “en marge”. Ce qui a de facto aggraver les choses.

Ainsi, le gouvernement Barrow a décidé de rattraper cette hérésie en validant la semaine dernière un nouveau plan anti-HIV. Cette mesure, évaluée à 18 millions d’euros, est d’ailleurs soutenue par l’Onusida qui entend mettre fin à l’épidémie dans la région d’ici 2030, relaie RFI.

« Le plan contient tous les éléments pour être sûr que le pays se soucie à nouveau de cette question. Qu’on ne peut pas affirmer pouvoir guérir du HIV; et qu’on a besoin de tout le soutien politique possible et de changer les mentalités », assure ainsi Sirra Horeja Ndowa, représentante de l’organisation en Gambie.

“Reconnaître les erreurs du passé”

Pour autant, cette dernière confirme qu’il est impossible d’aller de l’avant sur ce dossier, sans prendre en compte dans le même temps l’ensemble des patients traités avec le remède-poison de Jammeh à base de plantes :

« Aujourd’hui, on ne peut pas agir vis-à-vis du sida sans reconnaître les erreurs du passé”, insiste-t-elle. “Les victimes doivent être soutenues, et encouragées à reprendre leur traitement conventionnel. Beaucoup d’entre elles ont toujours peur aujourd’hui de sortir de l’ombre. »

De son côté,  Alpha Kahn, le directeur adjoint du Secrétariat national pour le Sida, confirme que la politique Jammeh a poussé nombre de séropositifs “à abandonner les antirétroviraux pour suivre son programme”. Avant d’espérer dans la foulée que la Gambie parvienne d’ici 2020 à ce que “90% des personnes séropositives connaissent leur condition et 90% soient sous traitement”.

Pour rappel, 20 000 personnes sont actuellement touchées par le HIV sur le territoire gambien.

Source : RFI

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le leader de l'Ira, mouvement politique qui lutte contre l'esclavagisme patenté en Mauritanie, est monté une nouvelle fois au créneau pour dénoncer une communication étatique à deux vitesses dans ce triste dossier. "Je suis d’accord avec le chef de l’Etat (Mohamed Ahmed El-Ghazouani) quand il dit que la Mauritanie n’institutionnalise...
La Mauritanie présente une singularité dans le monde arabe en attestant d'un taux de divorce oscillant entre 42 et 49 %, selon les estimations, bien que le gouvernement ne corrobore pas ces chiffres. Plus curieux encore, ce sont les femmes qui sont souvent à l'origine des ruptures.  D'après le site...
Une conférence de presse animée par l’association Les Victimes de Guillaume Soro (VGS) a eu lieu lundi 25 novembre 2019, à la Maison de la presse à Abidjan-Plateau. À cette occasion, le mouvement présidé par Kader Doumbia, ex-membre des Forces nouvelles (FN), a dénoncé les pratiques inorthodoxes de l’ex-secrétaire général des...
TRIBUNES LIBRES
Un an après le lancement officiel de l’Open Sky africain,...

S’inscrire à la Newsletter