Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : vers une augmentation de 5% de la production de noix de cajou en 2018
Noix de cajou Côte d'Ivoire

Le secteur de la noix de cajou, très en verve en Côte d’Ivoire qui en est le premier producteur mondial, va évoluer sur plusieurs fronts en 2018. Sa production va ainsi augmenter de 5% cette année, tandis que sur le plan fiscal une taxe de 10% (sur la valeur en FCFA) va être instaurée sur les exportations. Et cela, afin de favoriser la transformation locale de la matière première, encore trop faible actuellement.

750 000 tonnes, c’est le cru 2018 acté par le Conseil du coton et de l’anacarde (CCA), l’autorité de régulation régissant le marché ivoirien de la noix de cajou. Cette nouvelle campagne de commercialisation, qui surpasse la précédente de 5%, démontre que le secteur se porte décidément très bien.

Et pour cause, le pays pèse près de la moitié de la production en Afrique de l’Ouest et presque un quart sur le plan mondial. Ainsi, “le prix plancher bord champ au producteur a été fixé à 500 francs CFA le kilogramme, contre 440 FCFA en 2017”, relaie Jeune Afrique.

Favoriser la transformation locale

Toutefois, une autre mesure anime les débats sur cet épineux dossier puisque le gouvernement d’Alassane Ouattara souhaite également favoriser la transformation sur place, dont les standards sont encore loin de donner de satisfaction.

Celle-ci ne dépasse pas en effet la barre des 7%. Une taxe sur les exportations, de l’ordre de 10%, a donc été instaurée par Abidjan afin d’encourager les entreprises étrangères à privilégier la piste locale.

Pour rappel, “environ 86 % de la production ivoirienne est exportée, principalement à destination du Vietnam (68 %), de l’Inde (28 %) et du Brésil (3 %)”. La Côte d’Ivoire espère quant à elle atteindre une capacité de broyage de 100 % d’ici 2020.

Source : Jeune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter