Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
En Côte d’Ivoire, la digitalisation du système fiscal se poursuit

Le lancement en mars de l’application« e-liasse », permettra le dépôt des états financiers des entreprises.

La modernisation de l’État se poursuit en Côte d’Ivoire. Ainsi ‘Etat ivoirien a mis en place « e-liasse », une plateforme électronique de la direction générale des impôts qui permet aux PME et aux PMI de faire le dépôt de leurs états financiers en ligne. Koné Idrissa, le président de l`Ordre des experts comptables s’est exprimé sur le sujet confirmant que « la disposition entre en vigueur dès les premiers dépôts au mois de mars 2018 ». Reste la phase d’appropriation, phase qui devrait permettre Concernant la deadline pour les entreprises à se mettre aux chefs d’entreprise de se former aux nouveaux dispositifs de paiement par voie digitale.

Cette nouvelle procédure devrait permettre à l’Etat Ivoirien de disposer d’une base de donnée efficiente avec notamment, une traçabilité des payements fiscaux. Ces nouvelles dispositions pour les entreprises font suite à celles prises concernant les citoyens- contribuables ivoiriens. L’utilisation du portail e-impôts pour la déclaration et le paiement des Impôts et taxes est obligatoire depuis le 1er janvier 2018 pour les contribuables relevant de la direction des grandes entreprises (DGE) et de la direction des moyennes entreprises (DME).

En ce qui concerne la validation des expert-comptables des sociétés ivoiriennes, un système en ligne a été installé par la DGI, permettant de donner le visa de façon électronique. « Au niveau des visas, le même principe continue. Quand le contribuable met en ligne son état financier, il transmet cela sur la plateforme à son expert-comptable qui a différentes fonctionnalités lui permettant de viser ça en ligne », a précisé le chef du guichet unique des états financiers à la direction générale des impôts, Didier Coulibaly Kissa. En quelques semaines, la mise en application du système a permis à la DGI de faire rentrer plus de 25 milliards de francs CFA (30 millions d’euros) avec un échantillon de 1.104 entreprises sur les 3.000 répertoriées qui ont utilisé la plateforme pour le règlement d’impôts.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans l’affaire des « biens mal acquis » de la famille Bongo, le directeur juridique de la BNP Paribas a déclaré, face aux magistrats, qu’il jugeait limité l’implication de la première banque française dans le blanchiment d’argent qui a permis à la famille Bongo d’acheter notamment une villa à Nice...
Le chef de l’État s’est exprimé et s’engage fermement dans la lutte contre la corruption politique et le narcotrafic.  Umaro Sissoco Embalo est président de la Guinée-Bissau depuis une an et demi et entend bien gouverner selon des préceptes qui lui sont propres : « Je n’ai aucun modèle, je n’admire personne »...
L’extradition de François Compaoré, le frère cadet de l’ancien président burkinabé, vers le Burkina Faso, a été validée par le Conseil d’État français. Il est poursuivi pour « incitation à assassinat » de Norbert Zondo, un journaliste d’investigation, tué en 1998. Ce vendredi 30 juillet 2021, le Conseil d’État a...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...