Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire et Etats-Unis vont enquêter sur le travail des enfants dans les champs de cacao

Le Comité national des actions de lutte contre le travail des enfants a annoncé vendredi 16 février que la Côte d’Ivoire et les Etats-Unis ont passé un accord de partenariat pour enquêter sur ”les pires formes de travail des enfants” dans les champs de cacao.

Signé entre le Comité national de surveillance des actions de lutte contre la traite, l’exploitation et le travail des enfants en Côte d’Ivoire (CNS) et l’Institut de recherche NORC de l’Université de Chicago (USA), l’accord entre Washington et Abidjan devrait permettre d’identifier l’incidence du travail des enfants dans les zones cacaoyères.

« La signature de cet accord aujourd’hui réaffirme notre engagement à travailler ensemble et à faire le nécessaire pour veiller à ce que les enfants ne soient pas exploités ni mis en danger dans la production du cacao », a déclaré David G. Mosby, premier secrétaire de l’ambassade des États-Unis à Abidjan.

Il s’agit de procéder à une ”étude techniquement valable, juste et objective” en terme de travail des enfants dans la cacao-culture. Les autorités ivoiriennes sont en phase avec cette démarche qui devrait permettre de prendre des dispositions dans le domaine de la prévention et la sensibilisation sur le sujet. Selon Dominique Ouattara, la première dame de Côte d’Ivoire et également présidente du CNS l’enquête devrait pouvoir établir un état des lieux de la lutte engagée par la Côte d’Ivoire contre ce fléau. « Cet accord de coopération permettra d’impliquer nos experts nationaux dans cette enquête, tout en respectant les normes internationales en vigueur ; elle permettra également d’évaluer tous les efforts réalisés dans notre pays pour éliminer le travail des enfants », a-t-elle déclaré. L’enquête est soutenue par le département du Travail des Etats-Unis d’Amérique (USDOL) pour la lutte contre le travail des enfants. Outre la Côte d’Ivoire, elle concerne également le Ghana. Ce n’est pas la première initiative prise par la Côte d’Ivoire. En 2016, une déclaration conjointe d’engagement de la Côte d’Ivoire et du Ghana en matière de lutte contre le travail des enfants fut signée pour renforcer la lutte contre la traite transfrontalière et le travail des enfants dans tous les secteurs, notamment l’agriculture, les mines, le commerce, la pêche, l’artisanat, le travail domestique et la mendicité.

« Les gouvernements de la Côte d’Ivoire et du Ghana, l’USDOL, le Sénateur américain Tom Harkin, le Congressman Eliot Engel et l’Industrie internationale du cacao et du chocolat, ont signé une déclaration d’action commune pour soutenir la mise en œuvre du Protocole Harkin-Engel. Cette déclaration a été assortie d’un plan d’action pour réduire les pires formes de travail des enfants dans le secteur du cacao en Côte d’Ivoire et au Ghana à l’échéance 2020 », a précisé Dominique Ouattara.

Pour mémo, selon les données de l’Initiative internationale pour le cacao (ICI), quelques 1,2 million d’enfants ont été engagés dans la cacaoculture en Côte d’Ivoire entre 2013 et 2014.

Source : La Tribune Afrique

 

AUTEUR: Paul Lauga
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Banque centrale hausse le ton en Mauritanie et ambitionne de faire respecter la loi en vigueur sur les transferts d’argent, loi qui existe depuis 12 ans. Les prestataires de transfert d'argent en Mauritanie ont quinze jours pour régulariser leur situation vis-à-vis de la Banque centrale de Mauritanie, sous peine...
La Délégation de l'entreprenariat rapide est en marche. Cette délégation consiste en un mécanisme de financement de l'auto-emploi pour les femmes et les jeunes, Le 6 août, le président sénégalais Macky Sall a remis aux 15 000 bénéficiaires des premiers financements pour un montant global de 10 milliards de Fcfa....
Les 4,5 milliards de levée de fonds prévue par la Banque mondiale, sont destinés à l’investissement dans le développement des infrastructures routières, ferroviaires, dans l'aéroportuaire et le secteur de l'électricité.  La Banque mondiale a annoncé ses prévisions et envisage de lever 4,5 milliards de dollars pour le Nigeria dans les...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter