Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
La Gambie retrouve le Commonwealth
Commonwealth Gambie

Quatre ans après avoir quitté le Commonwealth, la Gambie va retrouver l’organisation intergouvernementale sous l’impulsion du président Barrow. Et ainsi sortir de l’isolation internationale dans laquelle l’avait plongé le dictateur Yahya Jammeh. 

Cette nomination a été officialisée à Londres jeudi 8 février par la secrétaire générale de l’institution, Patricia Scotland, lors d’une cérémonie de levée de drapeaux aux côtés de l’ambassadeur gambien au Royaume-Uni, Francis Blain. La Gambie devient dès lors le 53 ème membre de la Communauté des Nations composée pour la plupart d’anciens territoires de l’Empire britannique.

Diplomatiquement parlant, il s’agit d’un choix judicieux du gouvernement en place (depuis fin 2016) puisque le prédécesseur d’Adama Barrow avait placé le pays dans une position de repli économique et politique particulièrement néfaste. Ce dernier considérant que Banjul ne pouvait en aucun cas “faire partie d’une institution néo-coloniale”.

Des avantages politiques et économiques indéniables

Et pour cause, les membres du Commonwealth (que la Gambie avait intégré en 1965 suite à son indépendance) ont accès à des avantages économiques et politiques indéniables, souligne Jeune Afrique :

“L’organisation fournit, par exemple, un soutien pour améliorer la compétitivité en matière de commerce, ou encore des règles d’immigration assouplies à destination du Royaume-Uni. Il s’agit donc d’une aide économique non négligeable pour le petit pays, qui a hérité d’une dette d’un milliard de dollars, d’après (les autorités).”

Pour rappel, Y. Jammeh souhaitait également que la Gambie ne dépende plus de la Cour pénale internationale de La Haye (Pays-Bas) en matière de crime contre l’humanité; une hypothèse immédiatement tuée dans l’œuf par son successeur.

Source : Jeune Afrique 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter