Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Mauritanie-Sénégal : un accord sur la pêche prévu pour mars
Pêche Sénégal Mauritanie Litige

Le dossier de la pêche s’apparente année après année comme une véritable chimère des relations diplomatiques entre Nouakchott et Dakar.

La réglementation mauritanienne oblige en effet les pêcheurs sénégalais à abandonner leurs prises récupérées dans les eaux territoriales de l’Etat voisin. De plus, le quota annuel de pêche de 50 000 tonnes de poissons toléré auparavant n’est plus. Les accidents sont donc légion.

Ce fut le cas samedi 27 janvier lorsque les garde-côtes mauritaniens ont abattu un jeune pêcheur sénégalais du nom de Serigne Fallou. Ce fait divers a ainsi largement participé à ranimer les braises d’un dossier plus que brûlant.

Et pour cause, relate le site Leral, “pas moins de 400 embarcations sénégalaises ont été contraintes en février 2017 de se replier dans leur pays. Pire, des milliers de Sénégalais établis en Mauritanie depuis plusieurs décennies et qui s’étaient associés à des mareyeurs locaux afin de pouvoir pêcher avec des pirogues localement immatriculées, se sont vu interdire de poursuivre leurs activités”.

Dénouement en mars ?

Quant à la délimitation des eaux territoriales, cette dernière reste assez floue et participe plutôt à complexifier le dialogue. Et cela, même si les deux gouvernements se sont engagés à instaurer des patrouilles communes de surveillance de la frontière.

Dès lors, la visite du président sénégalais jeudi 8 janvier dans la capitale mauritanienne pourrait apporter un peu de lumière dans cette problématique insoluble. A cette occasion, Macky Sall et son homologue, Mohamed Ould Abdelaziz, ont affirmé leur volonté de signer un protocole d’accord d’ici fin mars 2018.

Source : Leral

Article connexe :

Sénégal : le gouvernement demande aux pêcheurs de ne plus pêcher en Mauritanie sans autorisation

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter