Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Guinée-Bissau : poussé par la Cedeao, le président Vaz nomme un nouveau Premier ministre
Guinée-Bissau Premier ministre Cedeao

Deux semaines après la démission du gouvernement, et sommé par la Cedeao de faire le nécessaire en vertu de l’Accord de Conakry, le président de la Guinée-Bissau, José Mario Vaz, a enfin procédé à la nomination d’un nouveau Premier ministre en la personne d’Antonio Artur Da Silva, ex-ministre des Affaires étrangères.

L’organisation intergouvernementale ouest-africaine a définitivement perdu patience sur le dossier Bissau, c’est un euphémisme. Et pour cause, le pays est en effet touché par une grave crise politique depuis 2015, et le limogeage, par le chef de l’Etat, du PAIGC qui était issu des élections 2014.

Depuis lors, souligne la Tribune Afrique, “aucun gouvernement formé à l’initiative du président lui-même n’a jamais pu obtenir le quitus de quatre des cinq partis présents à l’Assemblée nationale. Le PAIGC ayant systématiquement rejeté tous les Premiers ministres nommés par Vaz sans son accord, comme l’exige la Constitution”.

Vers des élections législatives

En marge du dernier sommet de l’Union africaine (UA), la Cedeao avait donc fixé une dead line au 31 janvier pour que le leader bissau-guinéen nomme un Premier ministre. Ironie du sort, l’intéressé a attendu le dernier jour pour s’exécuter.

Quant au décret présidentiel, ce dernier atteste que “la décision a été prise dans le cadre des efforts en cours pour trouver une solution définitive à la crise politico-institutionnelle que traverse (l’Etat)”.

Pour rappel, le nouveau gouvernement est chargé, entre autres, d’organiser les prochaines élections législatives nationales durant l’année 2018.

Sources : Jeune Afrique et La Tribune Afrique 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le prix minimum garanti aux producteurs ghanéens de cacao devrait vraisemblablement augmenter de 21% sur la période 2020/2021.  Selon l'Agence Ecofin, qui relaie l'information, "le prix de la tonne de cacao (devrait) atteindre 10 000 cédis (1 726 $), soit 21 % de plus que le tarif en vigueur durant la précédente...
La capitale mauritanienne, qui ne dispose pas de réseau d'égouts, évolue logiquement sous une épée de Damoclès récurrente liée aux inondations. Comme le rappelle Le Monde, Nouakchott est construite autour d’un puits creusé en plein désert. Au début des années 1970, à cause des premières grandes sécheresses, cette dernière a...
L'État nigérian d’Akwa Ibom (Sud-Est) bénéficiera, si tout se passe bien, d'une raffinerie flambant neuve et pleinement fonctionnelle dès 2024. Cette dernière est le fruit d'un accord signé mardi 1er septembre entre la société française, Axens, et le conglomérat local, BUA. Comme le souligne RFI, "le Nigeria fait face à...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...

S’inscrire à la Newsletter