Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Côte d’Ivoire : le caoutchouc ravit en 2017 avec une production record

Une hausse de production de 26% et ce sont 591.000 tonnes qui ont été produites en cette année 2017. Les experts et autres professionnels du secteur sont donc optimistes pour 2020 et l’objectif fixé à 750 000 tonnes.

Sur un trend plus que positif, le secteur ne compte pas en rester là et les professionnels annoncent une capacité à maintenir ce rythme de production. Ces bons résultats et l’enthousiasme des producteurs trouvent ses raisons dans l’apparition de nouvelles zones de cultures, et ce dans tout le pays ; notamment le Centre, le Nord-ouest et l’Est. La Côte d’Ivoire est le premier exportateur africain de caoutchouc nature et la nouvelle politique d’extension des cultures a bien évidemment stimulé la production et encouragé le régulateur du secteur à réduire les subventions allouées au secteur. En raison de l’ampleur de la production 2017, l’Association ivoirienne de caoutchouc naturel (APROMAC) a revu ses prévisions à la hausse.

En 2019, il est escompté que la production devrait passer à 700.000 tonnes sur une superficie de 300.000 hectares, dont la majorité est détenue par des petits agriculteurs. Si la production se porte, la filière doit savoir évoluer au même rythme. Ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle. La transformation de la matière première n’est pas à hauteur d’excellence de la production. En effet, l’augmentation de la production a dépassé la capacité de traitement existante en Côte d’Ivoire, qui s’élève à 460.000 tonnes. Ainsi le producteurs sont contraints d’exporter une large partie de leur produits. Bien que le caoutchouc connaisse une forte demande, notamment en provenance de Chine, de Malaisie et de Thaïlande, l’exportation de produits bruts limite les revenus que pourrait générer le marché.

Le prix moyen fixé pour le caoutchouc en 2017 était de 0,67 dollars (348,8 francs CFA) par kg, avec un pic de 0,9 dollars (476 francs CFA) le kg au premier trimestre 2017 selon l’Apromac. Les limites d’activité des unités de transformation ont été atteintes. L’Apromac et les transformateurs en appellent aux pouvoirs publics quand à la question de l’autorisation donnée par les autorités pour l’exportation de ce qu’ils appellent les “fonds de tasses”, à savoir du latex pur. Celui-ci pourrait faire baisser les revenus de l’exportation et freiner la puissance potentielle du secteur de la transformation qui déjà rencontre des difficultés à suivre le rythme de la production.

Source : La Tribune Afrique

 

AUTEUR: Paul Lauga
Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La Sierra Leone est désormais dans le collimateur de la FIFA. L'instance internationale accuse en effet le gouvernement d'ingérence politique dans les affaires de la fédération nationale de football (SLFA). La commission sierra-léonaise anti-corruption (ACC) tente en effet d'avoir "le scalp" de plusieurs dirigeants de la SLFA suspectés d'avoir interféré...
Le gouvernement ivoirien souhaite que le secteur privé ne joue plus de rôle de représentation au sein de l'organe de direction du Conseil café-cacao (CCC), le jugeant trop divisé sur la question d'une harmonisation du système de vente du cacao entre Abidjan et Accra. Selon Jeune Afrique, "les autorités (invitent) en...
Alors que la consommation électrique annuelle de l'archipel pourrait doubler entre 2015 et 2020 (de 360 GWh à 670 GWh), les autorités cap-verdiennes visent 100% d'énergies renouvelables d'ici 7 ans. Et cela, afin de diminuer la facture énergétique. "Actuellement, avec une consommation d'électricité de 727 kWh par personne et par an, le Cap-Vert...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter