Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
2018, année de la reprise économique pour le Ghana

Les indicateurs sont au beau fixe pour le Ghana qui semble amorcer un redémarrage économique.

 Le président Nana Akufo-Addo a le sourire. Il vient d’annoncer que l’économie ghanéenne serait en « voie de rétablissement ». Ainsi Accra annonce l’assainissement des finances publiques, le renforcement de la lutte contre la corruption, une reprise en main des contrats accordés dans l’exploration pétrolière et la fin prochaine du recours à l’aide financière du FMI.

Les efforts de discipline budgétaire soutenue et de lutte contre la corruption portent donc leurs fruits. Depuis son arrivée au pouvoir en 2017 et les réformes mises en œuvre, Nana Akufo-Addo se disait en pleine capacité pour stabiliser l’économie, et ce en remboursant la dette de l’Etat, en déployant des infrastructures comme des écoles et des routes. Le président compte également sur les exportations de matière première. Outre les exportations de cacao, Accra compte également sur les exportations d’or et de pétrole pour les rentrées en devises.

 « Je suis heureux d’annoncer que le dur labeur donne des résultats positifs. Les      fondamentaux macroéconomiques ont connu des améliorations grâce à une    meilleure discipline budgétaire et monétaire. L’aspect important et la pierre angulaire de notre gouvernement à l’avenir est de demeurer engagé à l’égard de la discipline financière afin de ne plus jamais avoir recours au FMI ou à un plan de sauvetage de ce genre » a déclaré Akufo-Addo à la presse.

Et de comprendre l’optimisme du chef d’Etat, alors que la croissance du PIB de 9,3% au troisième trimestre de 2017, contre 3,5% lors de la même période en 2016 est la preuve éclatante d’un renouveau économique du pays. La présidence a également annoncé avoir économisé 7 milliards de dollars en ayant revu des accords conclus par le gouvernement précédent dans le secteur de l’énergie. Onze contrats ont ainsi été résiliés. Accra annonce dans la même veine, une économie d’au moins de 200 millions de dollars grâce à des évaluations et audits visant à rendre efficientes les ressources publiques.

Toujours dans cette dynamique le président Nana Akufo-Addo a nommé un procureur spécial pour enquêter sur les affaires de corruption.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus de six millions d’Ivoiriens étaient appelés à voter aux élections locales, dont le principal enjeu est de mesurer les forces en présence avant la présidentielle de 2020. Les élections municipales et régionales n'ont pas mobilisé la population ivoirienne lors d'une journée de vote, qui fut marquée par différents incidents...
Alors que s’engage la deuxième phase du Programme d’urgence de développement communautaire ( PUDC), Jule Diop le ministre délégué auprès du Premier ministre déclare que l’Etat s’engagerait plus précisément au sein du PUDC. Le Programme d'urgence de développement communautaire (PUDC) le projet phare au Sénégal qui a été lancé il...
Le président Buhari est déterminé : les contribuables nigérians détenteurs d’actifs à l’étranger ont douze mois, à compter du lundi 8 octobre, pour régulariser leurs situations fiscales. Ils ont douze mois pour bénéficier d'une amnistie fiscale.  On sait le président Muhammadu Buhari, champion de la lutte contre la corruption. Suivant sa...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter