Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Niger : aide budgétaire de la part de la BAD

L’aide budgétaire accordé au Niger par la Banque africaine de développement (BAD), pour un montant de 43 millions de dollars doit venir palier les conséquences des aléas climatiques et de la chute du cours du pétrole et de l’uranium.

 La Bad, l’institution panafricaine vient de confirmer en ce début d’année une aide budgétaire de près de 43 millions de dollars, soit environ 28,2 milliards de Fcfa. La décision a été confirmée mercredi dernier à Abidjan, par le Conseil d’administration de la Banque. L’enveloppe se compose d’un don de 23 millions de dollars de la Facilité de soutien à la transition (FAT) et un don de 20 millions de dollars du Fonds africain de développement (FAD).

Alors que le pays traverse un moment critique notamment dû à la baisse du cours des matières premières, la BAD vient en aide au Niger qui voit les cours de l’uranium et du pétrole affecter son économie. Les destinations des aides ont été précisées par la BAD ; la totalité de cet appui devrait servir à soutenir la première phase du Programme d’appui aux réformes et à la résilience économique (PARRE). Le programme concerne les années 2017 à 2019 et doit venir aider la résilience du pays quand à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Et ce, grâce à une meilleure gestion de l’eau et un accroissement de la productivité agropastorale. Parallèlement, le PARRE doit parvenir à « une meilleure mobilisation de recettes intérieures, une plus grande autonomisation des femmes, la création d’emploi pour les jeunes ainsi que la protection de l’environnement » a déclaré la BAD.

Le Directeur général de la banque panafricaine pour l’Afrique de l’Ouest, Janvier Litsé, a tenu à saluer les performances économiques du pays et a justifié l’appui apporté au Niger, par la nécessité pour la BAD « d’accompagner les efforts déjà accomplis par le gouvernement, en dépit des défis sécuritaires de plus en plus pesant sur les ressources financières du pays ». « La BAD, partenaire stratégique du Niger, se tient à travers cet appui budgétaire aux côtés du pays pour non seulement conforter les efforts déjà accomplis mais aussi pour accélérer les résultats dans les secteurs prioritaires tels que l’agriculture, les infrastructures électriques, les capacités institutionnelles et la gouvernance » selon Janvier Litsé. Le programme ainsi défini devrait entraîner une amélioration de la pression fiscale nationale, la faisant passer de 13,6% du PIB en 2016 à 14,4% du PIB en 2019. La BAD s’est également exprimé sur l’objectif de l’amélioration de la productivité agropastorale, « enjeu de premier ordre pour un pays confronté à la forte natalité et aux cycles récurrents de sécheresse et de famine » selon le communique de la Banque africaine de développement.

Cet appui budgétaire va aider le gouvernement qui se trouve en difficultés conjoncturelles. La baisse des cours de l’uranium sur les marchés internationaux est sévère, et le pays souffre également de la persistance des menaces sécuritaires qui l’affectent depuis quelques années. Depuis 2011 le gouvernement a multiplié par 15 son budget consacré à la défense et à la sécurité au détriment des secteurs sociaux. Difficulté supplémentaire, la crise qui affecte le Nigéria, un de ses principaux partenaires commerciaux, a contribué t à amplifier les répercussions de la crise. Les finances publiques ont été sévèrement affectées même si le Niger continue de bénéficier de l’appui de partenaires financiers et de bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux.

Et la population de voir la pression fiscale s’accentuer. La Loi de finances 2018, adoptée par le Parlement fin novembre dernier, a imposé de nouveaux impôts, redevances et taxes. Ces nouveaux impôts ont généré de réactions hostiles tant de la part de l’opposition politique que de la population. Ainsi ce dimanche 14 janvier, sont annoncées des manifestations pour protester contre l’augmentation de la pression fiscale.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus de six millions d’Ivoiriens étaient appelés à voter aux élections locales, dont le principal enjeu est de mesurer les forces en présence avant la présidentielle de 2020. Les élections municipales et régionales n'ont pas mobilisé la population ivoirienne lors d'une journée de vote, qui fut marquée par différents incidents...
Alors que s’engage la deuxième phase du Programme d’urgence de développement communautaire ( PUDC), Jule Diop le ministre délégué auprès du Premier ministre déclare que l’Etat s’engagerait plus précisément au sein du PUDC. Le Programme d'urgence de développement communautaire (PUDC) le projet phare au Sénégal qui a été lancé il...
Le président Buhari est déterminé : les contribuables nigérians détenteurs d’actifs à l’étranger ont douze mois, à compter du lundi 8 octobre, pour régulariser leurs situations fiscales. Ils ont douze mois pour bénéficier d'une amnistie fiscale.  On sait le président Muhammadu Buhari, champion de la lutte contre la corruption. Suivant sa...
TRIBUNES LIBRES
Début juin, Corsair a invité une délégation de journalistes sénégalais...

S’inscrire à la Newsletter