Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria : production électrique affectée suite à l’incendie d’un oléoduc  

 

Le réseau électrique nigérian est endommagé suite à un incendie dans une partie de l’oléoduc Escravos-Lagos.

Le Nigeria est confronté à de graves perturbations du réseau électrique après un incendie sur un oléoduc. Les autorités ont été contraintes d’arrêter l’approvisionnement en gaz des centrales électriques, celles-ci produisant un total de 3.000 MW. Dés la nuit du 2 au 3 janvier, la distribution électrique dans le pays a été très perturbée. L’incendie s’est déclaré au sein de l’oléoduc Escravos-Lagos appartenant à la Nigerian National Petroleum Corp (NNPC), dans l’Etat d’Edo méridional.

Les autorités ont dû arrêter complètement le gazoduc alimentant la centrale d’Egbin, d’une capacité de 1.320 MW, ce qui en fait la plus importante du pays. Cinq autres stations ont subi le même sort et ont été mises à l’arrêt. Selon le ministère de l’Electricité, des Travaux publics et du Logement, cette interruption a « handicapé » le réseau de transmission national. Alors que la plus grande partie de l’électricité du Nigeria provient de la production thermique ; le gaz produit par les opérateurs pétroliers et gaziers est livré aux centrales électriques via des pipelines appartenant à la Compagnie nigériane de traitement et de transport du gaz, filiale de la NNPC. Une déclaration des autorités précisant que les opérateurs « travaillent à la reprise des opérations », sans que l’on sache pour autant dans quels délais la reprise complète pourra être effectuée. Aucun détail sur l’ampleur des dégâts n’a filtré à ce jour. La perte momentanée de 3.000 MW devraient générer des répercussions sur la distribution électrique, sachant que le pic de production d’énergie s’est établi à 7.000 MW en décembre dernier, dont 5.155 ont été distribués.

Le production d’électricité demeure un point de fragilité pour le Nigéria, le plus important producteur de pétrole du continent. Le secteur économique de l’électricité est handicapé par l’obsolescence des infrastructures ainsi que par les attaques répétées qui touchent les infrastructures d’approvisionnement en gaz et en énergie. Ces dysfonctionnements présentent des répercutions sur la population du Nigéria, soit 180 millions de personnes.

Source : La Tribune Afrique

 

 

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Freetown a rejoint le projet indien de télé-éducation et de télémédecine, e-VBAB Network. Selon l'Agence Ecofin, "l’objectif de (ce projet) est de fournir chaque année des cours gratuits à des milliers d’étudiants africains, et une formation médicale en continu gratuite à mille médecins et ambulanciers paramédicaux (sur le continent). (Dans...
La tenue du Rendez-vous des professionnels du tourisme à Paris a permis à de nombreux états africains d’identifier les moyens d’améliorer leur visibilité et développer un secteur qui se veut prometteur.  Le tourisme est une manne, un secteur d’avenir si l’on en croit les chiffres. 10 % du PIB mondial, 7 %...
Mactar Sylla, jeune startupper franco-sénégalais lance une nouvelle plateforme de « crowd-shipping », un service conçu, « pensé par et pour la diaspora ». Son entreprise, Colisdays , est soutenue par Allianz, le 1er assureur européen.  L’« ubérisation » des services logistiques est passé par là. Mactar Sylla est un entrepreneur de 34 ans qui mobilise voyageurs...
TRIBUNES LIBRES
Un an après le lancement officiel de l’Open Sky africain,...

S’inscrire à la Newsletter