Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Cap-Vert : grève de la police suivie par plus de 99% des effectifs

La police capverdienne a entamée une grève et ce pour la première fois de son histoire. Les policiers revendiquent de meilleures conditions de travail et plus de 99% des 2 000 policiers qui se sont mis en grève pour trois jours.

 C’est le Syndicat de police nationale capverdienne (SINAPOL) qui l’affirme : la grève serait très largement suivie par les policiers qui pour la première de l’histoire du pays ont décidé de marquer leur mécontentement en arrêtant de travailler. «Près de 99% des policiers sont déjà en grève», a ainsi déclaré José Barbosa, président du SINAPOL. Celui-ci fait de revendications diverses comme l’augmentation des salaires, la réduction des heures de travail, le paiement d’une indemnité aux agents exerçant cumulativement des fonctions de chauffeur. Pourtant en mars dernier lors de négociations, les syndicats et le gouvernement avaient trouvé un accord. Le gouvernement s’engageait à répondre aux revendications des agents de police ; notamment sur la révision des salaires et les indemnités des heures supplémentaires.

Le SINAPOL quelques mois après cet accord, accuse le gouvernement de ne pas respecter ce protocole. La déception se traduit donc par ce mouvement de grève qui paralyse le secteur de la sécurité publique du pays. «Comme syndicat, nous avons fait tout pour que les deux parties parviennent à un accord, mais malheureusement, le gouvernement n’a pas coopéré de manière qu’il ait un accord sur les points qui étaient sur la table ou sur le service minimum», a précisé le président du SINAPOL dans son intervention face aux agents des forces de l’ordre.

Le gouvernement a répliqué en précisant avoir pris plusieurs décisions en faveur des agents de police. Le ministre de l’Intérieur, Paulo Rocha, s’est déclaré «surpris par cette première grève de l’histoire de la police nationale» et a indiqué que ce mouvement intervient à un moment où le gouvernement a réalisé «le plus grand investissement dans la police» au pays. Toujours selon le ministre de l’Intérieur ; l’Etat aurait résolu nombre de questions au niveau national, telles que la promotion, l’augmentation du salaire avec un investissement de 205 millions d’escudos. Le ministre d’ajouter que les investissements réalisés par le gouvernement dans le corps de la police, dépassent les 400 millions d’escudos pour l’année 2017.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Depuis le soir du dimanche 20 novembre 2022, un prêtre allemand est porté disparu à Bamako. Il vit au Mali depuis environ 30 ans et enseigne depuis des années à l’Institut de formation islamo-chrétienne de Bamako. « La voiture de Hans-Joachim Lohre a été retrouvée dans un quartier de Bamako non...
Nos consœurs journalistes au Monde Afrique ,Laureline Savoye et Morgane Le Cam, ont enquêté pendant cinq ans, avec la coopération de Kaourou Magassa, journaliste pour TV5 Monde, sur l’association Rayon de soleil de l’enfant étranger (RDSEE), l’un des plus grands organismes français d’adoption agréés et qui serait à l’origine de...
Le premier ministre du Burkina Faso, a critiqué les « partenaires » internationaux de son pays qui n’ont selon lui, « pas toujours été loyaux » dans la lutte antidjihadiste. « Nous pensons, peut être à tort, que certains partenaires n’ont pas toujours été loyaux », a déclaré Apollinaire Kyélem de Tambela, premier ministre burkinabè devant...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...