Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Cap-Vert : grève de la police suivie par plus de 99% des effectifs

La police capverdienne a entamée une grève et ce pour la première fois de son histoire. Les policiers revendiquent de meilleures conditions de travail et plus de 99% des 2 000 policiers qui se sont mis en grève pour trois jours.

 C’est le Syndicat de police nationale capverdienne (SINAPOL) qui l’affirme : la grève serait très largement suivie par les policiers qui pour la première de l’histoire du pays ont décidé de marquer leur mécontentement en arrêtant de travailler. «Près de 99% des policiers sont déjà en grève», a ainsi déclaré José Barbosa, président du SINAPOL. Celui-ci fait de revendications diverses comme l’augmentation des salaires, la réduction des heures de travail, le paiement d’une indemnité aux agents exerçant cumulativement des fonctions de chauffeur. Pourtant en mars dernier lors de négociations, les syndicats et le gouvernement avaient trouvé un accord. Le gouvernement s’engageait à répondre aux revendications des agents de police ; notamment sur la révision des salaires et les indemnités des heures supplémentaires.

Le SINAPOL quelques mois après cet accord, accuse le gouvernement de ne pas respecter ce protocole. La déception se traduit donc par ce mouvement de grève qui paralyse le secteur de la sécurité publique du pays. «Comme syndicat, nous avons fait tout pour que les deux parties parviennent à un accord, mais malheureusement, le gouvernement n’a pas coopéré de manière qu’il ait un accord sur les points qui étaient sur la table ou sur le service minimum», a précisé le président du SINAPOL dans son intervention face aux agents des forces de l’ordre.

Le gouvernement a répliqué en précisant avoir pris plusieurs décisions en faveur des agents de police. Le ministre de l’Intérieur, Paulo Rocha, s’est déclaré «surpris par cette première grève de l’histoire de la police nationale» et a indiqué que ce mouvement intervient à un moment où le gouvernement a réalisé «le plus grand investissement dans la police» au pays. Toujours selon le ministre de l’Intérieur ; l’Etat aurait résolu nombre de questions au niveau national, telles que la promotion, l’augmentation du salaire avec un investissement de 205 millions d’escudos. Le ministre d’ajouter que les investissements réalisés par le gouvernement dans le corps de la police, dépassent les 400 millions d’escudos pour l’année 2017.

Source : La Tribune Afrique

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le groupe terroriste, shebab, s'est à nouveau distingué en frappant mercredi une base militaire de la Mission africaine en Somalie (Amisom), située à 70 kilomètres au sud de Mogadiscio. Dans les faits, les djihadistes ont d'abord fait explosé plusieurs véhicules au abord du site de de Awdheegle, avant de tirer...
Alors que les djihadistes de Boko Haram multiplient les intimidations et massacres en tout genre dans la zone du lac Tchad, les membres de Médecins sans frontières (MSF) ont décidé de quitter la localité nigérienne de Maïné-Soroa, proche de Diffa. Ces derniers estiment que leur sécurité n'est plus garantie.  Selon...
Karim Wade, le fils de l'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade va occuper un poste clé au sein du Parti démocratique sénégalais (PDS, opposition) dirigé par son père.  Karim Wade, 58 ans, en exil au Qatar, a été désigné secrétaire général adjoint du PDS « chargé de l’organisation, de la modernisation et...
TRIBUNES LIBRES
La Cour pénale internationale vient d’acquitter l’ancien président ivoirien, Laurent...

S’inscrire à la Newsletter