Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
“La démocratie en Afrique de l’Ouest entre progrès fragiles, espoirs et craintes”
Tribune Mathias Hounkpe Démocratie Afrique de l'Ouest

Mathias Hounkpe, actuellement administrateur du Programme de Gouvernance Politique et de Consolidation Démocratique de OSIWA (Open Society Initiative for West Africa), revient pour Jeune Afrique sur l’importance démocratique cruciale que représente l’alternance des leaders politiques à la tête des Etats d’Afrique de l’Ouest.

“Je voudrais dire à mes frères présidents des autres pays que l’alternance est inévitable en Afrique et en Afrique de l’Ouest…” (…) Ces propos tenus lors du 3ème Congrès ordinaire du RDR, le 10 septembre 2017 par le président ivoirien, M. Alassane Ouattara, répondent en écho à l’un des événements politiques africains majeurs de la fin de cette année : les manifestations des populations togolaises quasiment toutes les semaines depuis le 19 août 2017, dans plusieurs régions du Togo.

Ces événements, similaires à ceux de la Gambie en début 2017, et du Burkina Faso en octobre 2014, sont l’indication d’un progrès en matière démocratique en Afrique de l’Ouest. En effet, tout se passe comme si les citoyens s’accordaient progressivement et très largement sur des valeurs indispensables à la consolidation de la démocratie, notamment la limitation des mandats et l’alternance.

Tel est le postulat soutenu par M. Hounkpe, statistiques à l’appui : désormais, les citoyens de la région n’hésitent plus à faire entendre leur voix et à demander du changement au sommet de “l’Olympe étatique”, où les réflexes démocratiques n’ont pas toujours leur place.

Au Togo, 85% des citoyens sont en faveur de la limitation des mandats présidentiels à deux, en Côte d’Ivoire ils sont 84% et en Guinée, 85%. Peut-on alors être surpris de la réaction des Togolais qui réclament depuis la mi-août, entre autres, la limitation des mandats ?

Mieux, poursuit l’administrateur, ces mêmes citoyens peaufinent davantage leur esprit critique quant à l’action quotidienne de leurs gouvernants respectifs. Cela fait donc indéniablement changer les choses.

Par exemple, entre 2015 et 2016, sur dix élections présidentielles, cinq des sortants (candidats, partis) ont perdu directement (Ghana, Gambie, Nigeria) ou non (Bénin) ou par abandon (Cap-Vert) les élections pourtant organisées par eux-mêmes. Une véritable révolution puisqu’entre 1990 et 2014, seuls trois présidents sortants avaient perdu (leur trône).

Toutefois, l’intéressé estime que cette avancée sociale et philosophique nécessite encore de nombreux changements qu’il ne se prive pas d’étayer…

Retrouvez la tribune de Mathias Hounkpe sur Jeune Afrique 

 

 

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le leader de l'Ira, mouvement politique qui lutte contre l'esclavagisme patenté en Mauritanie, est monté une nouvelle fois au créneau pour dénoncer une communication étatique à deux vitesses dans ce triste dossier. "Je suis d’accord avec le chef de l’Etat (Mohamed Ahmed El-Ghazouani) quand il dit que la Mauritanie n’institutionnalise...
La Mauritanie présente une singularité dans le monde arabe en attestant d'un taux de divorce oscillant entre 42 et 49 %, selon les estimations, bien que le gouvernement ne corrobore pas ces chiffres. Plus curieux encore, ce sont les femmes qui sont souvent à l'origine des ruptures.  D'après le site...
Une conférence de presse animée par l’association Les Victimes de Guillaume Soro (VGS) a eu lieu lundi 25 novembre 2019, à la Maison de la presse à Abidjan-Plateau. À cette occasion, le mouvement présidé par Kader Doumbia, ex-membre des Forces nouvelles (FN), a dénoncé les pratiques inorthodoxes de l’ex-secrétaire général des...
TRIBUNES LIBRES
Un an après le lancement officiel de l’Open Sky africain,...

S’inscrire à la Newsletter