Côte d'Ivoire et Afrique occidentale
Nigeria : vers un budget supplémentaire d’un milliard de dollars pour lutter contre Boko Haram
Nigeria Boko Haram Effort de guerre

Alors que l’état-major nigérian entend décupler les moyens mis en oeuvre pour éradiquer la menace de Boko Haram dans le pays via une manne financière supplémentaire d’un milliard de dollars, l’opposition entend s’opposer au projet d’Abuja.

Selon la BBC, le gouvernement fédéral a l’intention de piocher dans les recettes pétrolières excédentaires nationales (2,3 Mds$) afin de contrer durablement l’action du groupe djihadiste, Boko Haram. Et cela, au nord-est du territoire (région du Borno).

Ce complément à l’effort de guerre a notamment reçu le soutien d’un nombre suffisant de gouverneurs, à l’image de Godwin Obaseki (Etat d’Edo) affilié au parti présidentiel, All Progressives Congress (APC).

Pour autant, plusieurs partis d’opposition ne voient pas cette initiative du même oeil. Une action en justice n’est donc pas à exclure, confirme Ayodele Fayose, gouverneur du Parti populaire démocratique (PDP) :

“Je rejette cette histoire d’un milliard de dollars, et la rejetterai toujours. Dans mon Etat, nous nous sommes mis d’accord pour porter l’affaire en justice, et d’exercer notre droit constitutionnel.”

Le dernier mot pour la Justice ?

Il est important de noter qu’une telle procédure judiciaire n’est pas dépourvue de sens, puisque la Constitution prévoit que “cette réserve d’argent appartient de manière égale au gouvernement fédéral, aux 36 Etats qui le composent, ainsi qu’aux districts locaux”, souligne le site britannique.

Pour autant, la confiance reste de mise du côté du APC. Le vice-président, Yemi Osinbajo, n’a en effet pas tardé à répondre aux critiques en affirmant que les fonds étaient également destinés à assurer la sécurité générale du pays; un postulat qui pourrait donc trouver écho auprès des juges.

Source : BBC

Article connexe :

Nigeria : les autorités creusent une tranchée autour d’une université pour lutter contre Boko Haram

 

 

 

Réagir à cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dans l’affaire des « biens mal acquis » de la famille Bongo, le directeur juridique de la BNP Paribas a déclaré, face aux magistrats, qu’il jugeait limité l’implication de la première banque française dans le blanchiment d’argent qui a permis à la famille Bongo d’acheter notamment une villa à Nice...
Le chef de l’État s’est exprimé et s’engage fermement dans la lutte contre la corruption politique et le narcotrafic.  Umaro Sissoco Embalo est président de la Guinée-Bissau depuis une an et demi et entend bien gouverner selon des préceptes qui lui sont propres : « Je n’ai aucun modèle, je n’admire personne »...
L’extradition de François Compaoré, le frère cadet de l’ancien président burkinabé, vers le Burkina Faso, a été validée par le Conseil d’État français. Il est poursuivi pour « incitation à assassinat » de Norbert Zondo, un journaliste d’investigation, tué en 1998. Ce vendredi 30 juillet 2021, le Conseil d’État a...
TRIBUNES LIBRES
Il existe deux types d’intellectuels. Il y a d’un côté,...